De grands cinéastes indiens connus internationalement

Il y a certains metteurs en scène Indiens, qui se sont faits connaître internationalement, hors du circuit Bollywood... En voici un petit florilège...Beaucoup d'entre eux ont su marquer les esprits au niveau mondial.



Satiajit Ray


Le plus connu, et sans doute le metteur le plus mythique de l'Inde, c'est Satiajit RAY. Né dans une famille aisée de Calcutta, son père Sukumar Ray est un écrivain et poète important de la littérature bengali ; S. Ray a donc reçu une bonne éducation. Il a aussi passé beaucoup d'années comme illustrateur dans une maison d'édition.

Inspiré par le roman Pather Panchali, il décida d'en faire un film et le tourna en décor réel, utilisant des amis comme acteurs, le finançant tout seul. À court de fonds, le gouvernement du Bengale lui prêta la somme manquante, lui permettant ainsi de finir le film. Ce fut un succès tant artistiquement que commercialement, et Ray reçoit un prix en 1956 au Festival de Cannes, faisant découvrir au monde l'industrie cinématographique indienne.

Le cinéma de S. Ray est réaliste ; ses premiers travaux sont pleins de compassion et d'émotion ; son travail postérieur est plus politisé et parfois cynique, mais il y infuse toujours son humour typique.

Il a remporté un Oscar pour son œuvre en 1992. Il a été décoré également de la Bharat Ratna la plus haute distinction de l'Inde en 1992.

Satyajit Ray est aussi l'auteur de quelques romans.

Filmographie : 1955 : Pather Panchali (La Complainte du sentier), avec Kanu Bannerjee, Karuna Bannerjee 1957 : Aparajito (L' Invaincu), avec Kanu Bannerjee, Karuna Bannerjee 1958 : Le Salon de musique (Jalsâghar), avec Chhabi Biswas, Ganda Pada Basu 1959 : Le Monde d'Apu (Apu Sansar), avec Soumitra Chatterjee, Sharmila Tagore 1960 : La Déesse (Devi), avec Soumitra Chatterjee, Chhabi Biswas 1961 : Trois filles (Teen Kanya), avec Kali Bannerjee, Anil Chatterjee 1963 : La Grande Ville, avec Madhabi Mukherjee, Anil Chatterjee 1964 : Charulata, avec Soumitra Chatterjee, Madhabi Mukherjee 1965 : Le Lâche, avec Soumitra Chatterjee, Madhabi Mukherjee 1965 : Le Saint, avec Gitali Roy, Somen Bose 1966 : Le Héros, avec Sharmila Tagore, Uttam Humar 1970 : Des jours et des nuits dans la forêt, avec Soumitra Chatterjee, Sharmila Tagore 1970 : L'Adversaire (Pratidwandi), avec Dhritiman Chatterjee, Indira Devi 1973 : Tonnerres lointains 1977 : Les Joueurs d'échecs, avec Amjad Khan, Sanjeev Kumar 1978 : Le Dieu éléphant, avec Soumitra Chatterjee, Uptal Dutt 1980 : Le Royaume des diamants, avec Soumitra Chatterjee, Tapen Chatterjee 1981 : Délivrance, avec Smita Patil, Om Puri 1984 : La Maison et le Monde (Ghare Baire), avec Soumitra Chatterjee, Swatilekha Chatterjee 1989 : Un ennemi du peuple 1990 : Les Branches de l'arbre (Shaka Proshaka), avec Soumitra Chatterjee, Ajit Bannerjee 1991 : Le Visiteur (Agantuk), avec Uptal Dutt, Deepankar De

M. Night Shyamalan


Il nait en 1970 à Pondichéry, dans le Tamil Nadu.

Son premier film s’appelait PRAYING WITH ANGER (1992) ; il en a écrit le scénario, l’a réalisé et produit. Il y incarnait aussi le personnage principal, celui d’un Indien né aux Etats-Unis et qui entame des études en Inde. Il voyage dans son pays natal qu’il ne connaissait pas. C’est l’expérience de la diaspora, mais le voyage se fait en sens inverse.

Shyamalan ("M." est l’abréviation de Manoj, "Night" de Nelliyattu), fils d’un couple de médecins, a grandi dans un quartier bourgeois de Philadelphie. Il commence à tourner des films en Super 8 dès son enfance ; il étudie ensuite le cinéma à l’Université de New York. Il réalise en 1999 un polar intitulé LE SIXIÈME SENS, avec Bruce Willis dans le rôle principal. Le film est un énorme succès, et fait un tabac aux Etats-Unis et dans le monde. Les films qu’il réalise ensuite, INCASSABLE, SIGNES et plus récemment LE VILLAGE, ne sont pas tout à fait à la hauteur des attentes placées dans le réalisateur sur le plan artistique. Ils rapportent cependant beaucoup d’argent aux sociétés de production et au réalisateur. C’est ainsi que LE VILLAGE a engrangé plus de 50 millions de dollars de recettes le week-end de sa sortie dans les salles d’Amérique du Nord.

Même si Shyamalan tourne aujourd’hui des films purement hollywoodiens, il n’en reste pas moins qu’il est le réalisateur d’origine indienne dont les films ont le plus de succès à l’étranger. Son nom est connu de millions de spectateurs, et son portrait a fait la une du magazine Newsweek. Le Président de l’Inde a récemment rendu hommage à quinze éminents Indiens de la diaspora, parmi lesquels Shyamalan.

Mira Nair


Je vous en ai déjà parlé dans un ancien numéro de Couleur Indienne. Elle est née en 1957 à Bhubaneshwar, Orissa.

Mira Nair a inscrit son nom au firmament du cinéma avec son premier film intitulé SALAAM BOMBAY ! (1988). Nominé pour l’Oscar du Meilleur film étranger, il a donné l’occasion à la réalisatrice de faire les gros titres de la presse occidentale, alors que le cinéma indien était pratiquement inconnu à l’époque. Ce film impressionnant, qui parle de la vie dans les bidonvilles de Bombay, est déjà un classique. Mira Nair, qui vit aujourd’hui entre New York, Kampala (Ouganda) et l’Inde, est aujourd’hui le symbole des réalisateurs de la diaspora indienne.

Dans ses autres films, qui ont provoqué des remous, la réalisatrice fait généralement référence à son pays d’origine, comme dans MISSISSIPPI MASALA (1990) et KAMA SUTRA/A TALE OF LOVE (1997). L’esthétique de ses films est et reste cependant indépendante de toute classification régionale. MONSOON WEDDING, sorti en 2001, est une production à petit budget et rapidement tournée, qui, contre toute attente, a été un succès. La représentation des événements qui se déroulent pendant un mariage d’une durée de trois jours à Delhi aborde des thèmes typiques de la diaspora indienne, tout en ayant un caractère pop prononcé en raison de ses affinités marquées avec le cinéma indien commercial. Lilette Dubey et Naseeruddin Shah, interprètes de grand talent, jouent dans ce film qui a reçu d’innombrables prix. Mira Nair a achevé en 2004 le tournage d’un film inspiré du roman de Thackeray intitulé VANITY FAIR. Elle débute en 2005 un atelier annuel destiné aux scénaristes en Ouganda, pays de son mari, qui est anthropologue et expert en sciences politiques.

Deepa Mehta


Je me souviens il y a quelques années avoir été surprise et séduite par son très beau film controversé : FIRE.

Elle est née en 1950 à Amritsar au Penjab. Elle émigre au Canada en 1973. Et elle est controversée tant en Inde qu’en Occident. Son film le plus connu, FIRE, que je vous évoquais plus haut a suscité des réactions très différentes en Europe et aux Etats-Unis ; il a fait scandale en Inde. FIRE (1996) raconte l’histoire de deux femmes (formidablement interprétées par Shabana Azmi et Nandita Das), opprimées et ulcérées par le machisme de leurs maris, et qui nouent une relation amoureuse. En Inde, la vague de protestations a surtout porté sur la représentation de l’homosexualité féminine ; bien évidemment, elle a aussi déclenché un mouvement de solidarité avec la réalisatrice. Shabana Azmi, actrice principale du film, mais aussi députée et militante des droits des femmes, a défendu très vigoureusement le film.

FIRE est la première partie d’une trilogie qui s’est poursuivie avec EARTH (1999). Le troisième volet, EARTH sorti en 2006 est le dernier film de la trilogie, il a pour sujet l'histoire de veuves ..thème qui a suscité la controverse en Inde...

BOLLYWOOD HOLLYWOOD (2002) est un film d’un tout autre genre, avec qui Mehta a surpris ses partisans et ses détracteurs. Ce film, qui se déroule en Amérique du Nord, raconte l’histoire du rejeton aisé d’une famille indienne qui présente une femme dont il a loué les services comme sa fiancée, afin que sa famille cesse de faire pression pour qu’il se marie enfin.

Gurinder Chadha

C'est celle dont on parle le plus actuellement, nouvelle coqueluche du cinéma indien pour les occidentaux.

Gurinder Chadha est arrivée en 1961 en Grande-Bretagne et a grandi à Southall, quartier de Londres situé à proximité d’Heathrow, qui abrite aujourd’hui encore une forte population d’Indiens et de Pakistanais. Elle est mariée à Paul Mayeda Berges, Américain d’origine japonaise, qui a écrit les scénarios de quelques-uns de ses films. Le couple partage son temps entre Londres et Los Angeles.

Gurinder Chadha a abordé un thème cher à la diaspora indienne dès BHAJI ON THE BEACH (1993) : ce film parle des conflits entre générations, de l’adaptation à une autre société et des tensions entre la vie familiale et le quotidien des jeunes dans l’Angleterre d’aujourd’hui. Elle a remporté un grand succès en Europe et aux Etats-Unis en 2002 avec son film BEND IT LIKE BECKHAM (JOUE-LA COMME BECKHAM). Ce film raconte l’histoire d’une jeune fille d’une famille d’immigrants indiens qui joue en secret dans un club de football, ce qui provoque un conflit avec ses parents.

Le dernier film de Gurinder Chadha intitulé BRIDE AND PREJUDICE (le titre français est “Coup de foudre à Bollywood”) est sorti récemment. Tiré du roman éponyme de Jane Austen (Orgueil et préjugés), il s’agit d’une version bollywoodienne avec la grande star Aishwarya Rai dans le rôle principal. Ce film a été accueilli avec une certaine fraîcheur par le public et la critique tant en Occident qu’en Inde.

Lundi 8 Décembre 2008
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs