L'Inde moghole (1ère partie) ou la période des Grands Moghols

L'Empire moghol — ou mogol — est fondé par Bâbur, un descendant de Tamerlan, en 1526, lorsqu'il défait Ibrahim Lodi, le dernier sultan de Delhi à la bataille de Panipat. Le qualificatif de Moghol semble avoir été donné à l'empire au cours du XIXe siècle et dérive de mongol, une autre partie de l'héritage de Bâbur. En grande partie reconquis par Sher Shah, puis à nouveau perdu, pendant le règne d'Humayun, il se développe considérablement sous Akbar et continue de le faire jusqu'à la fin du règne d'Aurangzeb. Après la disparition de ce dernier en 1707, l'empire entame un lent et continu déclin, tout en conservant un certain pouvoir pendant encore 150 années. En 1739, il est défait par une armée venue de Perse sous la conduite de Nâdir Shâh. En 1756, une armée menée par Ahmad Shâh pille à nouveau Delhi. L'empire britannique entraîne sa disparition définitive en 1857. Pourtant l'Inde du Nord reste par endroit pas mal influencée par cette dynastie à présent disparue.



La Dynastie des Grands Moghols : petite chronologie

L'Inde moghole (1ère partie) ou la période des Grands Moghols
Originaires d'Asie centrale, ils sont des descendants de Gengis Khan et de Tamerlan. Seuls les six premiers de la dynastie portent le titre de " Grands Mogols ".


Le 1er Grand Mogol est Bâbur (1483 - 1530) , venu d'Afghanistan. Il fait la conquête de la région de Delhi, puis celle d'Âgrâ et enfin celle de la plaine du Gange.


Puis lui succède Houmayoun ( 1508 - 1556), son fils. Il règne 10 ans avant d'être détrôné en 1540 par l'Afghan Sher Shah, véritable organisateur de l'empire naissant. A la mort de celui-ci (1545), il retrouve son trône.


Un des plus connus, Akbar (1542 -1605) reconquiert l'empire de Bâbour et l'étend de la Perse à l'ouest jusqu'à l'Assam à l'est et au Cachemire au nord. Il soumet les "roitelets" râjpoutes (du Râjasthân) par la diplomatie ou par la guerre, s'empare du Bengale et de l'Orissa. Il s'étend vers le sud dans le Deccan jusqu'à la Godaravi.


Mais son successeur, son fils Jahângîr (1569 - 1627) n'arrive pas à conserver la totalité de l'empire de son père malgré des guerres incessantes et coûteuses.


Le plus célèbre des empereurs mogols, Shâh Jahân (1582 -1666), grand bâtisseur et mécène, fait construire le Fort Rouge et la Mosquée de Delhi. Il fait surtout édifier le Tâj Mahal, le mausolée dédié à son épouse Moumtaz Mahâl. Pourtant, s'il émerveilla l'Occident par ses richesses, il ne fut pas heureux militairement parlant.


Il est renversé par son fils Aurangzeb (1618 - 1707) en 1658 qui enferme son père jusqu'à sa mort dans le Fort Rouge d'où il peut contempler de sa fenêtre, de l'autre côté du fleuve, le mausolée de son épouse. Aurangzeb est très cruel, il fait assassiner ses trois frères pour éliminer toute concurrence. Fanatique religieux, il détruit les temples hindous même dans les villes saintes comme Vârânasî (Bénarès) qu'il renomme d'après le nom du prophète. Il détruira les liens qu'Akbar avait tissés entre les différentes communautés religieuses.


Le dernier représentant de cette dynastie, Mouhammad Bahâdour Shâh (1775 - 1862), dont les deux fils furent exécutés par les Britanniques, fut acclamé par les révoltés Shipahî (Cipayes) comme leur empereur. Puis il est détrôné par les vrais maîtres du pays en 1857, les anglais et arrêté et déporté à Rangoon (Birmanie) où il acheva sa vie.

Les Débuts de l'Empire Moghol : Le Règne de Babur

L'Inde moghole (1ère partie) ou la période des Grands Moghols
Un descendant de Tamerlan et de Gengis Khan, appelé Zahir Al Din Muhammad dit Babûr (surnom qui signifie le Tigre et qui lui restera)(1483=1526-1530)avait le projet d'agrandir son modeste royaume afghan. Mais après de nombreuses tentatives infructueuses, il reporta ses envies de conquêtes sur le Nord Ouest de l'Inde où il s'installe en 1526 et devient le fondateur de l'empire Moghol (ou Mogol) en Inde.


Son nom est Zahir ud-Din Muhammad, mais il reçoit le surnom de Babur, signifiant "le tigre". Descendant de Tamerlan, il nait le 14 février, 1483. Son père, Omar Sheik Mirza, était roi de Ferghana, une partie du Turkestan, maintenant en Russie. Omar meurt en 1495, et Babur, bien qu'âgé seulement de douze ans, hérite du trône. Une tentative de renversement par ses oncles échoue, et aussitôt son trône assuré, il réfléchit à étendre son territoire.


En 1497, il attaque et prend Samarkand, sur laquelle il pense avoir un droit légitime héréditaire. Une rébellion parmi ses nobles s'empare de son royaume et en route pour le reconquérir, ses troupes l'abandonnent et il reperd Samarkand. Il reprend ses territoires perdus mais en est finalement chassé en 1501 par son ennemi principal, Shaibani, le Khan des Uzbek. Pendant trois années, il erre tentant en vain de récupérer ses possessions perdues, puis en 1504, rassemblant quelques troupes fidèles, il traverse l'Hindu Kuch enneigé, prend la ville forte de Kaboul et se retrouve à la tête d'un riche royaume.


De nouveau, en 1510, après la mort de Shaibani, Babur réclame ses possessions originelles, et reçoit l'aide déterminante du perse Ismail Safavi, et en 1511 fait une entrée triomphale dans Samarkand. Mais en 1514 il est à nouveau défait par les Uzbek et retourne difficilement à Kaboul.


Il semble maintenant avoir perdu tout espoir de récupérer la Ferghana, et comme il redoute aussi une invasion des Uzbek à l'ouest, il se tourne vers l'Inde et en particulier le Panjab qu'il considère comme son héritage légitime par Tamerlan. Plusieurs incursions préliminaires avaient été déjà faites, quand en 1521 une occasion se présente pour une expédition plus sérieuse. Ibrahim Lodi, le sultan de Delhi, est détesté de tous même par ses nobles afghans et Babur s'allie avec un rebelle, Alam Khan. Il rassemble ses forces, 12 000 hommes et quelques pièces d'artillerie et marche sur l'Inde. Ibrahim, avec 100 000 soldats et de nombreux éléphants avance contre lui. La grande bataille a lieu à Panipat le 21 avril 1526, Ibrahim est massacré et son armée mise en déroute. Babur se proclame Padshah Ghazi, empereur de l'Inde, puis avec l'aide de son fils Humayun s'empare immédiatement d'Agra. Mais, un ennemi plus formidable encore l'attend, Rana Sangha de Chittorgarh qui a rassemblé contre lui une énorme armée de 210 000 hommes. Son cas paraît désespéré, il fait le vœu de renoncer au vin, qu'il consomme sans mesure. A Kanwaha, le 10 mars 1527, il remporte une grande victoire, tandis que son fils pacifie la vallée gangétique, et devient alors le maître absolu de l'Inde du nord.


Vaillant au combat, Bâbur est le grand conquérant de l'Inde où il instaure l'une des plus importantes dynasties du monde oriental moderne. Nous sommes au 16ème siècle. Néanmoins, la modestie et la simplicité du souverain lui font préférer les grands espaces et la nature aux fastes de la Cour. Bâbur est aussi très religieux, fin lettré et amateur de poésie. Ainsi il traduit des ouvrages de droit, des écrits religieux et compose des vers en persan, langue qu'il maîtrise parfaitement et dont il apprécie la poésie. A partir de 1520, chose très peu courante à l'époque, il entreprend la rédaction de ses mémoires, probablement, pense-t-on, à partir de notes prises au quotidien depuis plusieurs années. En écrivant le Babur nama , chronique de sa vie et de ses proches entre 1494 et 1529,en turc tchagatay, , sa langue maternelle, et non en persan, depuis longtemps langue culturelle de l'Asie Centrale, Bâbur entend souligner l'originalité de son clan parmi les nombreuses tribus centre-asiatiques.


le Babur Nama, est probablement le premier texte autobiographique du monde islamique.


Il passe la fin de sa vie à organiser son nouvel empire et à embellir Agra, sa capitale. Il meurt le 26 décembre 1530 durant sa quarante-huitième année et est enterré à Kaboul. Humayun son fils lui succède.

Le règne d'Humayun

L'Inde moghole (1ère partie) ou la période des Grands Moghols
Humayun (Kaboul, 1508 - Delhi, 1556), fils de Babur, est le second empereur moghol.


Le 21 avril 1526, il participe, aux côtés de son père, à la bataille de Panipat qui marque le début de l'Empire moghol. En 1528, il est nommé gouverneur du Badakshân.


Monté sur le trône le 30 décembre 1530, malgré l'opposition d'une partie de la noblesse, il hérite d'un empire que son père n'a pas eu le temps d'organiser. De plus, il est pris en tenaille par deux chefs en pleine ascension, Bahadur Shah au Goujerat et Sher Shah Suri dans le Bihar.


Profitant de l'instabilité de l'empire miné par les intrigues de la cour, les rajâ soumis par son père se révoltent. En 1531, Humayun mène son armée devant la forteresse de Kalinjar dans le Goujerat. Mais aux prises avec des difficultés de trésorerie, il accepte la forte rançon qu'on lui propose et lève le siège. Il se met en route pour mater les Afghans du Bihar qu'il défait en 1532, puis, en décembre de cette même année, soumet les troupes de Sher Shah Suri.


Entre-temps, Bahadur Shah annexe le Malvâ en 1531 et s'empare de la forteresse de Chitor en 1535. Appelé à l'aide par la râni Karnawali de Chitor, il reprend le fort, et force Bahadur Shah à la fuite. Il s'avance vers le Goujerat, prend la forteresse de Mandû et les villes d'Ahmadâbâd et de Cambay et finit par soumettre le centre de la province. Il nomme Askari, son frère, gouverneur du Goujerat, qui se révèle incapable de le conserver lorsque Bahadur Shah l'attaque en 1536.


Profitant des campagnes d'Humayun à l'ouest, Sher Shah Suri a renforcé sa position au Bihar et se lance à la conquête du Bengale. Humayun le rattrape et lui fait un siège de six mois au fort de Chunar en 1537. Mais Sher Shah lui ayant échappé, Humayun décide de s'emparer du Bengale plutôt de le poursuivre. Sher Shah lui coupe la route de retour et le défait le 26 juin 1539 à la bataille de Chansa. Humayun est obligé de s'enfuir pour Âgrâ seulement accompagné de quelques fidèles, abandonnant son harem au vainqueur. Il perd une nouvelle bataille contre les Afghans à Kanauj en 1540 et s'enfuit au Panjâb, puis dans le Sind. C'est là, à Umarkot, que naît, en 1542, son fils et successeur Akbar.


Humayun termine sa fuite en Perse où le Shah lui accorde une armée pour regagner son trône. En 1544, Humayun prend Kandahâr et Kaboul, tenu par son frère Kâmran, qui lui reprend la ville en 1546. Humayun la lui reprend l'année suivante. En 1549, Kâmran s'empare de Kandahâr, mais son frère le destitue, lui crève les yeux et l'envoie à La Mecque en pénitence.


Après la mort accidentelle de Sher Shah, en 1545, durant le siège de Kalinjar, son fils Islam Shah lui succède. Mais Humayun est maintenant prêt à revenir en Inde pour récupérer son trône. En 1554, il entre à Peshawar, puis en 1555 occupe Lahore, puis Dîpalpur. La même année, la bataille de Macchiwara contre les Afghans consacre sa victoire. En juillet, Humayun entre finalement Delhi, il a retrouvé son trône après 15 ans d'exil.


Il termine cette vie aventureuse en 1556 en tombant dans un escalier. Son épouse Hamidâ Begam lui construira un mausolée à Delhi, le modèle des tombes mogholes avec jardin.

Akbar, Le Grand Moghol

L'Inde moghole (1ère partie) ou la période des Grands Moghols
Jalâl ud-Din Muhammad Akbar, en persan Galāl Ud-Dīn Muhammad Akbar, (Umarkot, 14 octobre 1542-Âgrâ, 15 octobre 1605) dirige l'Empire moghol de 1556 jusqu'en 1605. Il est généralement considéré comme le plus grand Moghol.


Il est avant tout un guerrier.


En 1556, il succède à son père Humayun à la tête du petit royaume musulman que ce dernier a regagné à la fin de sa vie après son exil en Perse. Il est âgé alors de 14 ans et son tuteur Bairam Khân va assurer sa régence. Grâce à son aide et celle de ses troupes, Akbar remporte, la même année, la bataille de Pânipat sur les troupes au service des Afghans du Bihar.


Il décide en 1560 de se libérer de la tutelle de Bairam Khân et met fin à sa régence. Ce dernier n'ayant pas accepté son éviction se rebelle, mais est rapidement écrasé. Dorénavant, Akbar règne en maître incontesté sur le nord de l'Inde.


Akbar agrandit son empire en faisant la conquête du Goujerat en 1573, du Bengale en 1576, du Sind en 1590, de l'Orissa en 1592 et du Balouchîstân en 1594. Au décès de son frère Hakîm, roi de Kaboul, en 1585, il hérite du Cachemire. Il se lance ensuite à la conquête du sud de l'Inde


Mais il est aussi un réformateur et un mécène, quoiqu'il soit illettré.


Pourtant il montre un grand talent d'administrateur et continue le travail de réorganisation commencé par Sher Shah Suri, qui avait chassé son père hors de l'Inde. Il divise son territoire en 15 provinces, avec à la tête de chacune un gouverneur militaire, le Nawâb Nazîm, et un administrateur civil, le Dîwân qui en contrôle les finances. Il établit un impôt sur les terres agricoles correspondant au tiers de la valeur de la récolte. Tolérant en matière de religion, il abolit, en 1563, la jiziya, l'impôt levé en terre d'Islam sur les non-musulmans, les taxes sur les pèlerinages, épouse une princesse hindoue et accueille des hindous dans son administration et ses armées, ce qui lui entraînera des alliance avec les royaumes Rajpoutes.


Bien que musulman, il met en doute l'origine divine du Coran, et recherche un syncrétisme, comme le poète Kabîr 150 ans auparavant, qui lui semble plus près d'une religion vraie. Pour ce faire, il rassemble autour de lui des représentants de diverses religions, envoyant même chercher des jésuites à Goa. De ces recherches, il tire, en 1581, une religion appelée Dîn-i-Ilâhî ou religion de la lumière, qui tente d'unifier le Coran, la Bible et les textes hindous. Il autorise à nouveau la construction de temples hindous mais interdit la satî, le suicide des veuves. Il reste d'ailleurs très proche de son héritage chamanistique pré-islamiste et aura toute sa vie des transes et des visions qui feront douter son entourage de sa santé mentale. Pour fêter sa victoire sur le Goujerat, il ordonne la construction (1569-1576) d'une nouvelle capitale à Fatehpur Sikri, près d' Agra, où il fait créer un nouveau style architectural mélangeant les influences musulmanes et hindoues. Elle sera abandonné en 1586 au profit de Lahore, plus près de régions instables. Il attire des peintres en miniatures persans.


Les dernières années du règne d'Akbar sont marquées par les rebellions fréquentes de son fils Salim, le futur empereur Jahangir. Akbar meurt à Âgrâ le 27 octobre 1605 de dysenterie et un superbe mausolée en marbre blanc et grès rouge élevé par son fils à Sikandra au nord-ouest de la ville, recueille sa dépouille. Sa tombe sera profanée par les Jâts, des agriculteurs révoltés, et ses restes seront dispersés.

Vendredi 30 Avril 2004
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs


Inscription à la newsletter



Partager ce site