L'Indépendance de l'Inde

Il y a soixante et un ans, le 15 août 1947, l'Inde accédait à l'indépendance et devenait, avec 650 millions d'électeurs, la plus grande démocratie du monde. Mais cela ne s'est pas fait sans souffrance.



Une idée d'indépendance née avec le siècle


En 1885 avait été créé un Congrès national indien à Bombay. Son but ? Aider le vice-roi des Indes à " déterminer les désirs réels du peuple " et à maintenir la pax britannica, l'hégémonie anglaise semblant représenter ce qu'il y avait de mieux pour le pays.

Autonomie des pouvoirs locaux, liberté de la presse, tout semblait orienter le continent vers des réformes importantes. À partir des années 1900 et, sans doute, à cause des maladresses du nouveau vice-roi lord Curzon, le Congrès glisse de l'idée de réformes vers celle d'autonomie du pays.

Une division entre hindouistes et musulmans


Des divisions apparaissent hélas au sein du Congrès. Les musulmans, très minoritaires dans le pays, ne supportent pas l'idée d'être dirigés par une majorité hindouiste.

Dès 1906, ils créent une Ligue musulmane pour promouvoir l'idée de la partition administrative du pays.

En 1909, ils obtiennent le " communalisme ", c'est-à-dire la division d'une nation pourtant unique en communautés autonomes distinctes, avec des représentations musulmanes séparées dans les différents conseils élus.

L'entre-deux-guerres


La Première Guerre mondiale n'a pas éteint les revendications nationalistes, bien au contraire, surtout pour les musulmans qui se perçoivent dans le camp des Turcs, donc des Allemands et des ennemis de l'Angleterre.

Un "India Act "en 1919 dote l'Inde d'une Constitution, de gouvernements provinciaux et d'assemblées représentatives locales (distinguant encore musulmans et hindouistes). Ce n'est encore pas assez.

En 1920, le Congrès définit un " programme d'indépendance à l'intérieur de l'Empire si possible, à l'extérieur si nécessaire ". L'avocat hindou Gandhi devient à cette époque le chef incontesté du mouvement indépendantiste. Prônant la non-violence et le retour aux artisanats traditionnels de l'Inde, il est arrêté, mais sa parole fait son chemin au-delà des murs des prisons anglaises.

Les espoirs s'envolent

L'Indépendance de l'Inde

Nehru devient président du Congrès en 1929. Gandhi, libéré, a de plus en plus d'audience. Un compromis semble possible avec les Anglais au début des années 1930, mais le refus des musulmans de toute solution démocratique le met en échec.

Les pourparlers n'aboutissent qu'à l'attribution d'une nouvelle Constitution et d'un statut faisant de l'Inde une " fédération d'Etats ". Protestation de la Ligue musulmane, qui réclame en 1940 la création d'un État purement musulman, le Pakistan, au nord du pays.

La Seconde Guerre mondiale


Le Congrès tente d'utiliser la Seconde Guerre mondiale comme un outil de plus pour parvenir à l'indépendance : soutien à la guerre contre accès à l'autonomie.

Après d'incessants pourparlers, l'Angleterre promet en 1942, en échange d'une coopération à l'effort de guerre britannique, un statut de dominion (comme l'Australie ou le Canada)… donné après guerre. Une proposition rejetée aussi bien par la Ligue musulmane que par le Congrès, qui fait bloquer toute livraison à l'Angleterre.

Riposte immédiate : tous les dirigeants du Congrès sont arrêtés le lendemain, 60 000 opposants dans les six mois qui suivent.

Vers une liberté… partagée

L'Indépendance de l'Inde

En 1945, le vice-roi est chargé de réaliser l'accès à l'autonomie de l'Inde. Un gouvernement provisoire est mis en place fin 1946, mais la Ligue musulmane, qui réclame la participation du pays, refuse d'y participer et déclenche le Direct Action Day, une journée qui se solde à Calcutta par d'effroyables massacres d'hindouistes par les musulmans : 5 000 morts, 15 000 blessés. Et la scène se reproduit dans d'autres villes, des régions entières se retrouvent dans un état proche de la guerre civile.

Arrivé en mars 1947 en Inde, le nouveau vice-roi, lord Mountbatten, considère qu'il y a urgence : il va réaliser l'autonomie de l'Inde en moins de cinq mois alors qu'il était venu pour la constituer en cinq ans.

Il va convaincre Gandhi et Nehru d'accepter la partition du pays et la création du Pakistan. C'est un géographe et juriste anglais, sir Radcliff, isolé dans un bureau à l'écart des pressions, qui va dessiner les frontières séparant les deux nouveaux États, à partir des rapports des administrateurs sur la composition (majorité musulmane ou non) de chaque village.

Un accouchement de l'Indépendance dans la douleur


Le 15 août 1947, l'indépendance est proclamée. Mais pas dans le calme. Commence en effet un incroyable chassé-croisé de populations, les hindouistes du nord quittant le Pakistan pour l'Inde par peur des massacres musulmans, les musulmans de l'Inde montant vers le nord par crainte des représailles hindouistes : dix à quinze millions de personnes vont chercher refuge, dans un sens ou dans l'autre, de l'autre côté de la nouvelle frontière, et les affrontements en cours de route vont faire plus de 250 000 morts.

Une semaine sanglante magistralement décrite dans l'ouvrage de Dominique Lapierre et Larry Collins, "Cette nuit la liberté". Une liberté chèrement acquise. Le film "1947, Earth, de Deepa Mehta, (qui fait partie de la trilogie des éléments), raconte aussi très bien tout ça.

Sources :
<br><br>
"Petite histoire de l'Inde",Alexandre Astier, (éditions Eyrolles), un très bon ouvrage.

Vendredi 15 Août 2008
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs