L'eau en Inde

Pour parler des problèmes liés à l'eau, il faut tout d'abord savoir comment elle évolue géographiquement en Inde. Voici quelques lignes directrices.



Géographie de l'Inde


Les ressources en eau disponibles dans une région donnée dépendent largement des précipitations annuelles du lieu. La quantité de pluie reçue est fortement liée à la géographie de l’endroit.

L’Inde présente une superficie de 3 267 283 km2 (6,5 fois la France). Elle peut être divisée en 7 grandes régions géographiques :

- L’Hymalaya et les montagnes du nord-est du pays,
- La plaine Indo-gangétique,
- Le désert du Thar,
- Les hauts plateaux du centre et le plateau du Deccan,
- La côte orientale comprenant les « Easterns Ghâts »,
- La côte occidentale comprenant les « Westerns Ghâts » plus importants et plus élevés que les easterns ghâts.
- Les mers et les îles.

Le climat en Inde


Le climat en Inde est fortement influencé par la chaîne de l’Himalaya, et les mers environnantes. Les montagnes au nord, empêchent les vents froids d’Asie centrale de s’infiltrer dans le sous-continent, elles arrêtent également les pluies de la mousson venant du sud, entraînant d’importantes précipitations au pied de l’Himalaya et dans la plaine indo-gangétique. L’Inde étant une péninsule, elle est largement soumise aux vents venant de la mer (notamment la mousson) qui transportent d’importantes masses d’air humide. Il est assez difficile d’énoncer des généralités sur le climat indien du fait de la taille de la surface considérée. De manière générale, on peut distinguer 3 saisons dans presque toutes les régions:

- la saison des pluies : elle commence début juin dans le sud-ouest et en juillet plus au nord. Elle se finit fin septembre, dans le nord et l’ouest et début novembre pour le sud-est (Tamil Nadu) (un article a venir expliquera plus en détail le phénomène de mousson). Pendant cette saison le climat est à dominance chaud et humide.

- la saison fraîche : la saison humide fait place à une saison sèche relativement fraîche (hiver indien) surtout dans le nord de l’Inde. Cette saison dure jusqu'à fin mars.

- la saison chaude : de mars à juin les températures peuvent atteindre les 40°C. A partir de mai des orages de chaleur se développent.


Les eaux de surface


Les principales rivières d'Inde peuvent être divisées en 3 catégories, en fonction des différents massifs où elles prennent leur source. Dans le nord de l'Inde les rivières sont issues des montagnes de l'Himalaya. Elles sont pérennes car elles proviennent essentiellement de la fonte des neiges. Dans le centre de l'Inde, les rivières prennent sources dans les massifs du Vindhya et du Satpura (Carte géographie de l'Inde). Au Sud, les rivières se forment dans les Ghâts occidentaux. Dans ces 2 dernières régions, les débits sont fortement dépendants de la pluviométrie lors de la mousson. Pendant la saison sèche les écoulements sont relativement faibles.
Le territoire indien peut être divisé en bassins versants, 12 principaux (>20000Km2), 44 de tailles moyennes (20000>S>2000km2) et 55 petits (<2000km2). La quantité d'eau qui s'écoule chaque année dans les rivières indiennes représente un volume de 1645km3 (en lame d'eau: 503mm). Le plus grand bassin versant est celui du Gange-Brahmaputra Meghna. A lui seul, il draine plus de 60% du total des eaux de surface indiennes.

Les réserves d'eaux souterraines

<font size=2> <br>
Dans un pays comme l'Inde, qui connaît une longue saison sèche, les eaux souterraines sont une ressource essentielle. Pendant la saison sèche, l'eau qui coule dans les rivières provient des nappes, elle constitue ce qu'on appelle le débit de base. La quantité d'eau souterraine utilisable* en Inde est estimée à 420km3 par an. 380km3 de ce volume alimente les débits de base des rivières.
Avec l'intensification de l'agriculture et l'amélioration des techniques de forage, l'Inde a vu naître en 30 ans, 2 à 3 millions de puits permettant d'extraire les eaux des nappes. On estime que sur l'ensemble de l'Inde seulement 30% de l'eau des nappes annuellement utilisable est réellement exploitée. Cependant les pluies étant inégalement réparties sur le territoire, la recharge des nappes est moindre dans certaines régions. D'autre part l'agriculture intensive est plus développée dans certains endroits. Par conséquent, certains états voient leurs niveaux de nappes diminuer de manière inquiétante. C'est le cas du Punjab, Haryana, Gujarat et Tamil Nadu.<br><br>


En Inde chaque propriétaire terrien est libre d'utiliser les eaux des nappes de son domaine. Il n'y a pas de législation pour l'exploitation des eaux souterraines. Ce phénomène de sur-exploitation, qui s'accompagne aussi de polution des nappes, va par conséquent continuer à se développer si aucune loi n'est mise en place.

<br><br>


*La quantité d'eau souterraine utilisable chaque année est égale à la recharge annuelle des nappes. La recharge des nappes dépend fortement des pluies de mousson. Sur la quantité totale de pluie qui précipite, une partie ruisselle, une partie s'évapore et est utilisée par les plantes (évapotranspiration), le reste s'infiltre jusqu'à la nappe.

Vendredi 15 Août 2008
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs


Inscription à la newsletter



Partager ce site