La Mousson en Inde

"Les pluies de mousson et les cours d'eau en crue forcent des centaines de milliers de personnes à quitter leurs maisons dans le nord et l'est de l'Inde, où éléphants et rhinocéros ne sont pas les derniers à s'enfuir sous les intempéries.

Au Bangladesh voisin, des rivières en crue atteignent des niveaux alarmants et de nouvelles zones sont submergées.

Dans l'Etat indien du Bihar (est), des victimes d'inondations privées de ressources ont fait main basse sur des produits alimentaires dans un entrepôt.

En Assam (nord-est), la montée des eaux affectait mardi plus d'un million d'habitants et perturbait le réseau routier pour la deuxième journée consécutive.

Des animaux se sont repliés en terrain sûr dans le parc national de Kaziranga, inondé par suite d'une crue du fleuve Brahmapoutre. Ce parc abrite plus de la moitié de la population mondiale de rhinocéros à une corne. Deux bébés rhinocéros au moins se sont noyés et un troupeau de cent éléphants a été chassé de son secteur par les inondations, selon des forestiers.

"Nous craignons que des braconniers n'en profitent pour tuer des rhinocéros et des éléphants du fait que ceux-ci sortent des zones protégées pour se mettre à l'abri", a déclaré un gardien.

Au Bihar, les inondations ont déplacé environ trois millions de personnes et fait au moins 90 morts.

Des centaines de villageois munis de bâtons ont mis à sac un entrepôt du district de Madhepura et y ont pillé des colis alimentaires tandis que les policiers affectés à sa surveillance prenaient la fuite. Des véhicules chargés de nourriture ont aussi été pillés." voici ce que nous indique les informations de l'agence Reuters du 2 septembre 2008. Ayons une pensée pour les victimes de ce phénomène qui arrive toujours comme une surprise, même si elle arrive toujours annuellement.
Mais qu'est-ce que la Mousson au juste, ce phénomène naturel si violent et qui bouscule tout ?



Le phénomène de mousson


La mousson est un phénomène saisonnier de régimes de vents en zones intertropicales. Ces vents sont générés par les mouvements des masses d’air à l’échelle de l’année. L’inclinaison de la terre joue un rôle important dans le déplacement de ces masses d’air, ces vents ont donc des directions différentes selon les saisons. En été, ces vents souffleront depuis le sud-ouest, tandis qu’en hiver (octobre, novembre) ils viendront du nord-est (pour les zones intertropicales de l’hémisphère nord).

Dans les zones intertropicales où il y a d’importantes étendues maritimes et terrestres, ce phénomène de vents se couple à des phénomènes thermiques, notamment en été (mousson du sud-ouest) lorsqu’il y a un fort contraste entre la température des continents et des océans. Ceci va renforcer la mousson (à proprement parler), et les flux d’air de la mer chargés en humidité vont en arrivant sur les continents, s’élever, se refroidir et engendrer d’importantes précipitations (ce qu’on appelle dans le langage commun mousson).

La mousson en Inde

<font size=2> <br>La mousson d’été en Inde vient du sud-ouest. Elle commence début juin et finit fin septembre. Les flux d’air venant de la mer, chargés en humidité, sont contraints de s’élever au contact des Ghâts occidentaux du sud de l’Inde, entraînant d’importantes précipitations. Ensuite, ils balayent le plateau du Deccan, et plus ils se déplacent vers l’Est plus les précipitations sont faibles. Les vents du sud-ouest retrouvent alors l’océan indien, et les flux d’air se rechargent en vapeur d’eau s’engageant alors dans le delta du Gange, jusqu’à la Birmanie et au nord-est de l’Himalaya. Les précipitations de mousson se propagent aussi dans les plaines du Gange et tout le long de la chaîne himalayenne. Ce n’est qu’à l’extrême nord-ouest de l’Himalaya que l’on retrouve des climats secs, les flux d’air s’étant vidés de leur humidité tout le long de la chaîne himalayenne.
<br> <br>

Lorsque les vents de mousson s’inversent en Octobre, d’importants flux d’air chargés en humidité venant du nord-est arrivent sur la côte-est, entraînant des précipitations abondantes, notamment dans le Tamil Nadu. Cette mousson d'hiver dure de mi-octobre à mi-novembre.
<br> <br>
Hormis dans le Nord-Ouest du pays, on constate que l’Inde reçoit des pluies en abondance. A titre de comparaison, il pleut en moyenne chaque année en France 100cm*. Mais il faut garder à l’esprit que 70 à 90% des précipitations annuelles tombent pendant la mousson du Sud-Ouest. La saison sèche est donc très longue, et un des principaux enjeux d’eau en Inde est de subvenir aux besoins en eau pendant la saison sèche.
<br> <br>

* on mesure généralement les précipitations en millimètres (mm) ou parfois en centimètres (cm). 1mm signifie qu'il est tombé 1 litre par mètre carré (l/m2).



Impacts de la mousson dans la culture et l'économie indienne


La mousson estivale donne quatre-vingt pour cent du total de précipitations dans les secteurs affectés. Le retour de la mousson rythme un temps inégal puisque, d'une année à l'autre, les pluies ont une durée et une intensité différente. La mousson est à la fois bienfaisante puisqu'elle irrigue les terres et malfaisante lorsqu'elle noie les villages. Elle est irrégulière comme l'avenir est imprévisible.

L'éternel retour de la mousson est une perpétuelle surprise : sera-t-elle précoce ou tardive, abondante ou faible, régulière ou brutale ? Ainsi l'agriculture en Inde, qui représente vingt-cinq pour cent du produit national brut et emplois soixante-dix pour cent des emplois, dépend donc de la mousson. Des cultures comme le coton, le riz, huiles alimentaires ont de fortes demandes en eau. Une faible mousson, ou une arrivée tardive de celle-ci, ou des interruptions prolongées prennent un tour dramatique pour des centaines de millions d'Indiens et de Bangladais dont la vie économique est intégralement suspendue à l'apport de ces pluies de mousson[1]. Durant les années 1990, des sécheresses causées par un changement de patron de la mousson ont causé des dégâts humanitaires et financiers importants.

Diagramme climatique de Bombay en Inde avec la pluie (ligne bleue) et la température (ligne rouge)Par ses prières, un peuple de cultivateurs demande une bonne mousson sans laquelle le pays sombre dans la famine. Le pèlerinage est alors l'occasion d'obtenir un monde doublement meilleur, plus riche et juste. Car, soumis toute l'année à la hiérarchie des castes, les pèlerins vont, le temps de leurs dévotions, vivre dans un monde égalitaire où tous les croyants se valent aux yeux des dieux.

La mousson est également appréciée des citadins car elle rafraîchit le mercure. En effet, le ciel couvert de nuages laisse moins passer le rayonnement solaire et garde une température légèrement plus basse que durant la période précédent la mousson. Cependant, le taux d'humidité augmente dramatiquement et la pluie inonde les rues. Les pluies vont ainsi abimer un grande nombre d'édifices, en particulier en dans des rues en pente, et parfois les emporter. On compte chaque année des morts par noyade et par les maladies transmises par les insectes qui pullulent dans ces conditions.
Certaines années, comme en 2005, on a recensés des milliers de morts par les inondations. Avec les changements climatiques, certains régions très arides comme le déset du Thar, on connu des inondations alors que la saison de la mousson s'est prolongée.

Jeudi 22 Mai 2008
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs



Inscription à la newsletter


Un article

De retour après une longue absence

Chers abonnés et lecteurs fidèles de Couleur Indienne,

Laissez-moi tout d'abord m'excuser de ce si long silence. J'espère que ces nouveaux articles que j'ai écrit pour vous sauront me racheter et sauront de nouveau vous plaire et vous intéresser. Vous remarquerez en premier lieu le nouvel habillage de votre webzine... C'est parti d'une erreur de manipulation à la base mais en même temps ça tombe très bien car cette année Couleur Indienne existe depuis 10 ans et après une décennie, votre webzine méritait quelques changements et notamment de nouvelles couleurs.


Un numéro très musical

De retour après une longue absence
Dans ce numéro vous trouverez une interview exceptionnelle que m'a accordé une chanteuse Indienne que vous connaissez à bien connaître et qui a fait l'objet de nombreux articles sur ce site, Susheela Raman, qui était en concert à Paris l'automne dernier. Cette interview filmée en octobre dernier (grande première pour moi) a pu se faire grâce aux contacts de Ganga de Inde à Paris,, que je remercie et surtout grâce au magnifique travail de mon amie photographe et cinéaste  Catherine Deylac qui a réalisé le petit film de cette interview, aux images d'une qualité sublime. Merci infinement à elle.

Vous trouverez aussi ses magnifiques photos qu'elle a prises lors de ce concert.

C'est donc un numéro spécial dédié à la musique Indienne en grande partie que je vous propose de découvrir, d'écouter et de feuilleter.. Ainsi vous découvrirez une autre artiste Indienne, Aruna Sayeeram, musique plus classique qui était en concert à Paris en avril. Vous pourrez aussi découvrir ce qu'est la musique carnatique (musique classique du sud l'Inde), dont Susheela Raman est issue de par son éducation musicale de base.

Dans la rubrique, évènement, je vous parlerai d'un spectacle de musique unique le Sankirtana, auquel j'ai assisté, le 8 juin dernier, au musée du Quai Branly.

Dans la rubrique, philosophie et religion, c'est le tantrisme qui sera mis en avant. Contrairement à ce que les occidentaux pensent, ce concept n'est pas uniquement dédié à la sexualité, mais est une vraie philosophie spirituelle.

D'autres thèmes sont aussi proposés dans cette mise à jour de printemps. Comme d'habitude, des livres sur l'Inde seront mis à l'honneur ainsi qu'une association caritative qui m'a interpelée et que je voudrais mettre en avant et d'autres sujets que je vous invite à découvrir.

Sachez aussi qu'en août je pars enfin en Inde pour un mois ce qui me permettra d'élaborer à la rentrée un nouveau numéro dédié à l'Inde avec des photos et plein de choses que je partagerai avec vous de mon voyage. En attendant je vous invite à découvrir le présent numéro et ses articles qui je l'espère sauront vous plaire.

Bonne lecture...

En toute Couleur Indienne
Shanti


De retour après une longue absence

Fabienne-Shanti DESJARDINS
12/05/2012