Lakshmi Bai

L’héritage de la haine est toujours le sang et la mort, de quelle époque que l’on soit, sous quels cieux que l’on vive... L'histoire de Lakshmi Bai en est un bon exemple. C'est un personnage qui a marqué l’histoire de l’Inde même si son destin pourrait sembler tiré d’un roman. Pourtant cette reine courageuse qui s’est dressée contre les anglais et a combattu vaillamment pour défendre sa ville de Jhansi a existé. Elle est une héroïne de la révolte des Cipayes, considérée comme la première guerre d'indépendance indienne. Elle est devenue un symbole de la résistance à la colonisation britannique, et un mythe en Inde dont on se raconte encore les exploits...



Sa naissance et son éducation

Lakshmi Bai
Elle naît en novembre 1835 à Kashi (actuellement connu sous le nom de Varanasi), dans une riche famille de haute caste sous le nom de Manukarnika, un des noms du Gange. Elle reçoit une excellente éducation, par son père, car elle perd sa mère quand elle a 4 ans et apprend à monter à cheval et à manier les armes tout en jouant avec ses frères. Elle prend le nom de Lakshmî Bâî lors de son mariage avec Gangâdhar Râo, le mahârâja de Jhânsi.
Gangâdhar Râo était dans sa quarantaine à l'époque de leur mariage, en 1842. Il avait été marié en premières noces mais sa première épouse était morte sans donner naissance à un héritier. En 1851, la nouvelle rânî Lakshmi accouche d'un fils qui ne survit que trois mois. Conformément à la tradition, en 1853, Gangâdhar adopte un parent, Damodar Râo, pour lui succéder sur le trône mais il décède à son tour peu après. Damodar étant mineur, Lakshmî Bâî assure la régence.

Comment elle devint une héroïne de la révolution

Le Gouverneur-Général anglais, Dalhousie décide alors que, suivant la doctrine de préemption qu'il a lui-même définie, puisque Gangâdhar Râo n'a laissé aucun héritier, l'état de Jhânsi est annexé par la Compagnie anglaise des Indes orientales, rejetant les prétentions de Damodar Râo comme héritier de droit. La rânî envoie une pétition à Dalhousie, puis en appelle à Londres, mais sans succès.
Refusant de renoncer à son royaume, Lakshmî Bâî rassemble une armée de volontaires forte de 14 000 hommes et fait améliorer les défenses de la ville qui est attaquée par les Britanniques le 25 mars 1858. La bataille de Jhânsi est féroce, hommes et femmes participent à repousser les assiégeants et la rânî elle-même mène ses troupes pour la défense de la ville qui tombe cependant, après deux semaines de siège.
Un prêtre de Bombay, témoin de la victoire britannique, témoigne qu'elle est suivie de quatre jours d'incendie, de pillages, du meurtres, que l'air empeste l'odeur forte de la chair brûlée. Les historiens britanniques, de leur côté, affirment que seuls quatre à cinq mille combattants sont exécutés tandis que les civils ont été épargnés.
La rânî réussit cependant à s'échapper à dos de cheval à la faveur de l'obscurité et parcourt en vingt-quatre heures les cent cinquante kilomètres qui la séparent de la forteresse de Kalpi où elle est rejointe par plusieurs princes rebelles. Là, elle les persuade de reprendre l'offensive et de s'emparer de la forteresse de Gwâlior. La réussite de cette opération resserre les rangs des rebelles.
Mais les forces britanniques ne sont pas longues à reprendre la forteresse et Lakshmî Bâî meurt le deuxième jour des combats, le 17 juin 1858.
Une statue équestre de la rânî commémore à Gwâlior son acte de résistance. Son nom a été donné à la première unité féminine de l'armée indienne

Une héroïne mais aussi une femme avant tout

<font size=2>Lakshmi Bai a été doublement trahie par les Anglais - les rois du double jeu. Tout d’abord son petit royaume a été annexé à la mort du Raja, toujours sous le coup de la loi des héritiers mâles, ensuite ils firent d’elle la principale instigatrice de la répression, ce qu’elle ne fut jamais, mais lorsque les Anglais marchèrent sur son petit royaume, elle décida de se battre vaillamment aux côtés de son peuple et à 22 ans, la courageuse petite Rani qui souhaitait tant la paix et la prospérité pour son peuple, mourra, au combat...
<br>
Une image reste figée dans l'histoire, c'est quand en mars 1858, l'Armée britannique s'est avancée envers Jhansi et a fait le siège de la ville. Après deux semaines de combats, l'armée britannique réussit à prendre la ville, mais la Rani s'échappe en se déguisant en homme, attachant son fils adopté Damodar Rao étroitement sur son dos.

Vendredi 20 Novembre 2009
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs