Le Carrom Board ou Billard indien

Souvent, quand j'étais plus jeune et que j'allais en Inde chez Amatchi (ma grand-mère), il y avait du monde chez elle et beaucoup de jeunes qui venaient jouer au Carrom board avec mes cousins...Je me rapelle avoir aussi frappé les pions avec mon frère à cette époque là...
C'est au nom de ses souvenirs que j'ai eu envie de vous parler de ce jeu, typique du sud de l'Inde et qui commence à avoir une renommée international.

Les origines de ce jeu sont obscures et nul ne les connaît. La légende prétend qu'il a été inventé il y a fort longtemps par un maharadjah, mais certains disent qu'il fut importé par les colons anglais. Quoiqu'il en soit, le Carrom (ou Karum) est devenu depuis le siècle dernier le passe-temps favori des habitants de l'Inde du sud. Il fait partie intégrante de la culture et du quotidien des indiens. Il est pratiqué partout ; à la maison en famille, avec des collègues sur le lieu de travail (pendant les pauses), entre amis et voisins dans la rue à même le sol …
Ce n'est qu'à partir des années 60 que le Carrom est apparu en Europe (Allemagne, Suisse, Angleterre, Pays-Bas, Italie et France) et aux Etats-Unis.



Le plateau de jeu et les pions

Un plateau de Carrom traditionnel
Un plateau de Carrom traditionnel

Le matériel se compose essentiellement d'un plateau de bois finement poli de forme carrée, ceinturé d'une épaisse bande en bois dense. La distance qui sépare deux bandes opposées est d'environ 74 cm. Chaque angle du plateau est percé d'un trou circulaire, sous lequel est fixée une poche en filet. Différents motifs ornent la surface de jeu : au centre une rosace doublement cerclée entoure le point rouge central, et à une dizaine de centimètres de chaque bord une double ligne terminée par un cercle rouge à chaque extrémité longe la bande, c'est la ligne de tir.

Pour jouer, on utilise 19 pions de bois (9 blancs, 9 noirs, 1 rouge) polis semblables à des pions d'un jeu de Dames et un "striker", c'est à dire le palet de tir, en matériau composite (à l'origine, il était en ivoire). Pour améliorer la glisse, on saupoudre le plateau d'une fine poudre blanche spéciale (sel d'acide borique en principe ou équivalent de synthèse, on utilise souvent le talc dans ma famille quand on y joue).

Règle du jeu


Le plateau doit être posé en position parfaitement horizontale sur un support à 65-70 cm du sol. Les joueurs prennent place autour sur des chaises qu'ils ne pourront quitter ou déplacer pendant le jeu. On joue à 2 ou à 4 joueurs (répartis en 2 équipes de 2). Le but, pour chaque joueur ou équipe, est de rentrer le plus rapidement possible tous les pions de sa propre couleur dans les trous. Pour cela le joueur pose le striker sur la ligne de tir qui est devant lui et le propulse d'une pichenette avec un seul doigt (en gardant le bras immobile) contre les pions afin de les faire glisser jusque dans une poche d'angle. Chaque tir réussi lui permet de rejouer immédiatement. En cas d'échec, le striker passe dans la main du joueur suivant.

Dès qu'une couleur n'est plus présente sur le plateau le "board" s'arrête et on comptabilise les pions adverses non rentrés ; le vainqueur marque alors le nombre de points correspondants (de 0 à 9), et le perdant ne marque rien ! La reine (pion rouge) rapporte 3 points supplémentaires à celui qui l'a rentré mais uniquement s'il remporte le board. Elle doit obligatoirement avoir été rentrée et confirmée, avant de pouvoir renter son dernier pion (cf.règles complètes).
Une partie complète se joue en 25 points ou au meilleur des scores après 8 boards consécutifs.

Déroulement d'un board


Un match de carrom se déroule en plusieurs boards (manche).

Comment se déroule un board :
s'il s'agit du 1er board, il y a tirage au sort de celui qui commence (joueur 1)
le joueur 1 aura systématiquement les Blancs et le joueur 2 les Noirs
le joueur 1 forme la rosace avec tous les pions, puis casse le jeu avec son percuteur tant que le joueur 1 rentre au moins un de ses pions (ou la Reine), il continue de jouer vient ensuite le tour du joueur 2, qui joue tant qu'il rentre au moins un pion Noir (ou la Reine).
La main revient ensuite au joueur 1 puis au joueur 2 jusqu'à la fin du board. Le board s'achève lorsqu'un des joueurs a rentré tous les pions de sa couleur (sans commettre une faute sur son dernier tour)
Au board suivant les couleurs sont inversées et le joueur 2 a la casse (et joue les Blancs)

Vendredi 30 Juin 2006
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs



Inscription à la newsletter


Un article

De retour après une longue absence

Chers abonnés et lecteurs fidèles de Couleur Indienne,

Laissez-moi tout d'abord m'excuser de ce si long silence. J'espère que ces nouveaux articles que j'ai écrit pour vous sauront me racheter et sauront de nouveau vous plaire et vous intéresser. Vous remarquerez en premier lieu le nouvel habillage de votre webzine... C'est parti d'une erreur de manipulation à la base mais en même temps ça tombe très bien car cette année Couleur Indienne existe depuis 10 ans et après une décennie, votre webzine méritait quelques changements et notamment de nouvelles couleurs.


Un numéro très musical

De retour après une longue absence
Dans ce numéro vous trouverez une interview exceptionnelle que m'a accordé une chanteuse Indienne que vous connaissez à bien connaître et qui a fait l'objet de nombreux articles sur ce site, Susheela Raman, qui était en concert à Paris l'automne dernier. Cette interview filmée en octobre dernier (grande première pour moi) a pu se faire grâce aux contacts de Ganga de Inde à Paris,, que je remercie et surtout grâce au magnifique travail de mon amie photographe et cinéaste  Catherine Deylac qui a réalisé le petit film de cette interview, aux images d'une qualité sublime. Merci infinement à elle.

Vous trouverez aussi ses magnifiques photos qu'elle a prises lors de ce concert.

C'est donc un numéro spécial dédié à la musique Indienne en grande partie que je vous propose de découvrir, d'écouter et de feuilleter.. Ainsi vous découvrirez une autre artiste Indienne, Aruna Sayeeram, musique plus classique qui était en concert à Paris en avril. Vous pourrez aussi découvrir ce qu'est la musique carnatique (musique classique du sud l'Inde), dont Susheela Raman est issue de par son éducation musicale de base.

Dans la rubrique, évènement, je vous parlerai d'un spectacle de musique unique le Sankirtana, auquel j'ai assisté, le 8 juin dernier, au musée du Quai Branly.

Dans la rubrique, philosophie et religion, c'est le tantrisme qui sera mis en avant. Contrairement à ce que les occidentaux pensent, ce concept n'est pas uniquement dédié à la sexualité, mais est une vraie philosophie spirituelle.

D'autres thèmes sont aussi proposés dans cette mise à jour de printemps. Comme d'habitude, des livres sur l'Inde seront mis à l'honneur ainsi qu'une association caritative qui m'a interpelée et que je voudrais mettre en avant et d'autres sujets que je vous invite à découvrir.

Sachez aussi qu'en août je pars enfin en Inde pour un mois ce qui me permettra d'élaborer à la rentrée un nouveau numéro dédié à l'Inde avec des photos et plein de choses que je partagerai avec vous de mon voyage. En attendant je vous invite à découvrir le présent numéro et ses articles qui je l'espère sauront vous plaire.

Bonne lecture...

En toute Couleur Indienne
Shanti


De retour après une longue absence

Fabienne-Shanti DESJARDINS
12/05/2012