Le Pélérinage de la Kumbh-Mela

« Tous les douze ans, l'Inde tout entière frémit ; les villages s'agitent, les monastères se vident, des grottes de l'Himalaya descendent des ermites nus barbouillés de cendres, de la côte de Malabar, du cap Comorin, du golfe du Bengale, des monts Vindhya, du désert du Thar convergent des charrettes de toutes sortes, des cortèges de moines, des bandes de chemineaux, des troupes de lépreux, des suites de rajahs, des coches bondés de femmes cachées par des rideaux blancs, des trains pleins de citadins, une foule prodigieuse assoiffée de sainteté : les pèlerins de la Kumbh-Mela. »
— Mircea Eliade, L’Inde

Le pèlerinage de Kumbh Mela (Kumba Mela ou Kumbha Melâ) en Inde, est le plus grand rassemblement religieux du monde, dans sa forme gigantesque (Maha Kumbh Mela, 75 millions de pèlerins au total en 2001), qui se déroule pendant près de deux mois tous les 12 ans dans un même lieu sacré.
Comme il y a quatre lieux sacrés, Nasik, Ujjain, Prayag (Allahabad) et Hardwar, il se produit en fait tous les trois ans alternativement dans ces quatre villes. Il a eu lieu cette année en 2010 à Hardwar.
Selon la tradition, les dieux, en se battant pour posséder le nectar d'immortalité, ont renversé quatre gouttes qui sont tombées dans les fleuves des quatre lieux cités, devenus des lieux sacrés.



Origines du pèlerinage

Kumbha veut dire vase, coupe, mela veut dire assemblée, fête.
Il existe plusieurs variantes de l'origine du Kumbh Mela, dans divers textes sacrés, comme le Ramayana par exemple.

La kumbha, vase sacré, contenait le nectar d'immortalité (amrita). Après avoir pris le vase aux démons (asura), un dieu transformé en oiseau l'emporta au Nirvana, faisant tomber des gouttes sur quatre lieux : Prayag (Allahabad), Ujjain, Hardwar et Nasik. Le voyage céleste ayant duré douze jours, le Kumbh Mela a lieu tous les 12 ans, dans un des quatre sites sacrés.

Dans une autre variante, démons et dieux tiraient le serpent Vasuki à tour de rôle pour remuer l'océan et ainsi extraire le nectar, ce qui arriva au bout de mille ans. Le nectar, contenu dans la Kumbha, était tenu par Dhavantari. Les dieux parvinrent à s'en emparer mais dans leur précipitation, ils renversèrent quelques gouttes dans les quatre lieux cités.

Ces gouttes de nectar étant tombées dans les trois fleuves Godavari, Kshipra et Gange, auraient libéré du cycle de renaissances tous ceux qui s'étaient baignés trois fois dans leurs eaux.

Pour des millions de pèlerins, ces bains rituels dans le fleuve assurent leur salut et à leurs proches

Déroulement du pèlerinage

En un même lieu, le Maha Kumbh Mela se déroule tous les douze ans, le Ardha Kumbh Mela tous les six ans, et le Magh Mela, plus simple, tous les ans.
Les lieux sacrés du Kumbh Mela sont:

Prayag ou Prayaga, ville très ancienne (dix siècles avant J-C) où Brahma aurait pratiqué un sacrifice rituel; située à 700 km de Delhi, dans l'état Uttar Pradesh, au confluent (Sangam) des trois rivières sacrées: Ganges, Yamuna et Saraswati. En 1584 elle a été rebaptisée Allahabad ("demeure d'Allah") par l'empereur moghol Akbar.
Nehru y est né et les cendres de Gandhi ont été dispersées sur le confluent.
Hardwar ou Haridwar (signifiant "Porte de Hari", un des noms de Vishnu), dans l'état Uttaranchal Pradesh, au bord du Gange qui sort juste de l'Himalaya.
Ujjain, dans l'état Madhya Pradesh, au bord de la rivière Ksipra ou Kshipra, est l'une des sept villes sacrées de l'hindouisme, mentionnée dans les Vedas, connue sous le règne d'Ashoka (3ème siècle avant J-C).
Nasik, ou Nashik, dans l'état Maharashtra, au bord de la rivière Godavari.
Le pèlerinage pose d'énormes problèmes d'organisation; aux abords du site, une file de pèlerins s'étend à perte de vue. Les bains rituels dans les eaux glacées, une nourriture très légère, des nuits passées sur le sable, enveloppés dans une couverture (dans une tente parfois) sont acceptées comme esprit de pénitence pour être lavé de ses fautes. Les pèlerins récitent des textes sacrés, chantent des bhajans (chants hindous), dans un contexte de feux et de musique permanents.
Les sadhus arrivent de toutes parts et s'installent autour du fleuve. Ils ont le privilège de se baigner en premier. Pour les pèlerins, c'est une rare occasion de côtoyer de tels sages. Yogananda dans son livre "Autobiographie d'un Yogi" en parle, ainsi que de la présence éphémère de Babaji.
Dès que les sadhus sont entrés dans les eaux sacrées, tous les pèlerins entrent à leur tour dans le fleuve, qui devient une marée humaine.

2010 à Hardwar,
2013 à Allahabad (Prayag), janvier et février.

Astrologie et Kumbh Mela

Les dates précises de la Khumbhamela sont déterminées, comme souvent en Inde, par des méthodes astrologiques, basées sur les positions du soleil, de la lune et de Jupiter :

à Prayâg, le Mahâ Kumbhamela se tient au mois de Magha, janvier/février du calendrier grégorien. Le mérite le plus élevé s'obtient alors en se baignant au confluent du Gange, de la Yamunâ et de la Sarasvati, une rivière virtuelle, le souvenir probablement d'un cours d'eau disparu, le jour de nouvelle lune, quand Jupiter est dans le Taureau et le soleil et la lune dans le Capricorne,
à Haridwar|Hardwâr, la Kumbhamela se tient au mois de Phalgun et Chaitra, février/mars/avril du calendrier grégorien, quand le soleil passe en Bélier, la lune se trouvant dans le Sagittaire et Jupiter dans le Verseau,
à Ujjain, la Kumbhamela a lieu au mois de Vaishakha, mai dans le calendrier grégorien, quand les planètes sont dans la Balance, le soleil et la lune dans le Bélier et Jupiter dans le Lion.
à Nasîk, la Kumbha mela a lieu au mois de Shravana, juillet sur le calendrier grégorien, quand le soleil et la lune sont dans le Cancer et Jupiter dans le Scorpion.

La dernière Kumbha mela a eu lieu cette année de janvier à mars 2013, c'est l'année Prayâg. S'il existe des Mela alternant tous les trois ans dans quatre villes d'Inde, la plus prestigieuse est celle de Prayag (ou Allahlabad, son nom actuel). C'est donc tous les douze ans qu'une foule inimaginable (environ 100 millions de personnes en 2013) gagne les rives du Gange dans cette cité pour la Maha Kumbh Mela - grande Kumbh Mela - un pèlerinage de la démesure.



Les pratiques de la Kumbh Mela

Les villes qui accueillent les Kumbha mela sont le théâtre, au début de la manifestation, de parades cérémonielles qui marquent l'arrivée officielle des saints hommes, montés sur une grande variété de modes de transport, éléphants, chevaux, chameaux, voitures, palanquins, et chariots, parfois tirés par des hommes faisant preuve de dévotion. Généralement les sâdhu Naga Baba, les guerriers de Shiva, sont les premiers à défiler sous une pluie de pétales, puis chaque secte tente de dépasser les autres par la splendeur de son cortège.

L'événement le plus important de la Kumbha mela est l'immersion dans le fleuve au moment où ses eaux se transforment en amrita. Les Hindous pensent que s'immerger complètement dans les eaux à ce moment-là les nettoiera, ainsi que leur ascendants sur 88 générations, de tous leurs péchés. Les dates les plus propices, déterminées par des calculs astrologiques, sont les jours dits de shahi shan. Ces jours-là, les Akhara - ou grands rassemblements de sâdhu - conduisent un cortège royal - shahi - qui atteint son apogée avec l'immersion dans le Gange (snan). Les Naga Baba sont les premiers à s'immerger, ce qu'ils font nus et par deux, parés parfois seulement d'une mâlâ. Lorsqu'ils ont terminé leur ablutions, les sâdhu recouvrent leur corps de cendre. Après que les différentes sectes de sâdhu se soient baignés, avec parfois quelques échauffourées pour des raisons de préséance, les pélerins ordinaires, qui ont attendu patiemment jusque là, peuvent accéder à l'eau.

Hormis l'immersion dans le fleuve, le pèlerinage à la Kumbhamela permet aux croyants hindous de recevoir la bénédiction des sâdhu, saints et et autre yogis et de faire le darshan, la contemplation rituelle qui transmet l'énergie spirituelle. Les dévots parcourent ainsi les camps de toiles où logent les sâdhu, recevant des bénédictions et faisant en retour des offrandes.

La Kumbhamela est évidemment une période particulièrement propice pour des cérémonies religieuses, l'une d'entre elles étant l'initiation de milliers de sâdhu novices qui entament ainsi leur vie d'ascètes. De même, c'est l'occasion pour des sâdhu confirmés de recevoir une promotion dans leur ordre ou de faire le vœu de suivre une nouvelle ascèse.

Pour en savoir plus sur le Kumbh Mela, consulter les sites qui lui sont dédiés :

http://www.kumbhallahabad.com/home.htm (site officiel)
http://www.kumbhmela.com
http://www.divinerevelation.org/Kum...
http://www.spirit-of-india.com/grou...

Un article du Figaro du 13 avril 2010 en parle aussi :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/04/13/97001-20100413FILWWW00386-grand-festival-religieux-au-bord-du-gange.php.

Voir aussi le diaporama sur le sujet du photographe Belge Pascal Mannaerts, avec ses très belles photographies, sur le site de geo.fr
http://www.geo.fr/photos/vos-reportages-photo/inde-au-coeur-du-pelerinage-de-la-kumbh-mela#xtor=EPR-47-[NLquotidienne]&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=quotidienne

Mercredi 25 Septembre 2013
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs