Le Ratha Yathra, le festival du char de Jagannath

Le message du Ratha Yatra, c'est un Festival qui s'adresse à tous, c'est un message de paix et d'amour.
Ainsi par exemple, les festivités se terminent traditionnellement par la distribution de repas végétariens, symboles de non-violence et de respect envers tous les êtres vivants.

Le Ratha Yatra ou Festival des Chars a lieu chaque année dans l'Etat d'Orissa en Inde, fin juin-début juillet. Ratha signifiant char et le Yatra procession, ce festival désigne un défilé de chars dans la ville de Puri, désignée comme l'une des villes les plus sacrées de l'Inde. Elle est particulièrement célèbre pour son temple érigé, il y a des milliers d'années en l'honneur de Jagannath (ou Sri Vishnou), le Maître des Univers. A l'occasion du festival elle est envahie chaque année par des millions de fidèles qui viennent de tout le pays pour célébrer le seigneur Jagannath.



Les origines, Krishna

Le Ratha Yathra, le festival du char de Jagannath
Jagannath (littéralement : le Maître de l'Univers), tout comme Krishna(l'Infiniment Fascinant) est l'un des nombreux noms de Dieu , chanté pour Le fêter lors du Ratha Yatra : la commémoration d'un très joli moment de Son passage sur terre.

Selon la mythologie hindoue, Krishna, le 9e incarnation de Vishnu, était le 8e fils de Basudeva et de sa femme Devaki. Il était prédit qu'un de leurs fils tuerait Kansa, le démon Roi de Mathura, personnification du diable. Kansa, justement, emprisonna Basudeva et sa femme, et décapita leurs six premiers fils ; Balarama, le 7e, fût extrait du ventre de sa mère Devaki et transféré dans celui d'une autre femme de Basudeva, Rohini, et ainsi sauvé. A la naissance de Krishna, le père s'échappa de Mathura avec l'enfant et traversa le Jamuna, il confia la garde de l'enfant Krishna au roi des bergers, Nanda de Vraja. A Gokul, Krishna grandit jusqu'à atteindre l'âge de maturité. Petit à petit, Kansa entendit parler de lui et envoya un messager pour le ramener lui et son frère à Mathura. Les frères menèrent leur char victorieusement jusqu'à Mathura, où Krishna tua Kansa et gouverna à sa place.

C'est cet épisode de la vie de Krishna que l'ont commémore donc lors du festival de Ratha Yatra, chaque année. A cette occasion des images de Jagannath, Balabhadra et Subhadra sont enlevées des temples pour prendre place dans des magnifiques chars les menant jusqu'à la maison Gundicha-Bari sur la route de Bara Danda, qui s'étend sur environ 1 ½ miles. Les Dieux y passeront une semaine puis retourneront aux temples, pour se souvenir du jour du retour de Krishna. La règle voudrait que le festival dure 9 jours en comptant la route, mais en pratique cela prend bien plus de temps.

En effet, le poids énorme des chars est proportionnel à leurs structures très larges, ressemblant à de hautes tours ornées de guirlandes, de peintures et de statues de bois. Le plus imposant est le char de Jagannath, qui mesure 13.5m de haut, avec une superficie de 10.5m² ; supporté par 16 roues de 2.10m de diamètre ; ceux de sont frère et de sa sœur le sont moins. Lorsque toutes les images sont en place sur les chars, le pahandi prend place, instant sacré où toute l'assemblée de pèlerins se met à genoux et se prosterne devant les dieux en plongeant son front dans la poussière. Puis le cortège s'élance, tirant à bras d'hommes les chars avec de grands cordages ; c'est un voyage court mais éprouvant puisque les chars n'ont pas de système de direction et la route qui mène à Gundicha-bari est par endroit très sablonneuse, cela peut donc prendre plusieurs jours. Chaque char est recouvert de vêtements neufs aux couleurs éclatantes. L'usine textile d'Orissa produit pas moins de 1090 mètres de vêtements pour cette occasion. La Kerala Coir Corporation fournit spécialement des cordes en fibres de noix de coco, et les forgerons originaires de la région fabriquent des clous, des crochets…pour cette occasion, cela leur demande plus d'un mois de travail. La structure des chars comprend 18 piliers, et presque autant d'étages, 9 parswadevatas (divinités auxiliares), 2 dwarapalas (gardiens), 1 sarathi (conducteur de char) et 1 dieux présidant les divinités au sommet de la bannière (dhawaja devata), tous fait de bois.

C'est au 16ème siècle que la célébration a pris sa forme actuelle d'exhubérance, de joie, de chants. Elle découle des expressions nouvelles de la 'bhakti', la dévotion, l'amour divin, telles que les a montrées et enseignées Chaitanya Mahaprabhu. "Chaitanya habite non loin du temple de Puri, il organise des processions publiques dansées et chantées en l'honneur de Krishna (des samkirtanas) et témoigne partout de son amour fou de Dieu".

"Quatre équipes chantaient et dansaient devant le Seigneur Jagannath, deux autres de part et d'autre du char et la dernière derrière le char"



Cela fait maintenant 13 ans que le chemin du Seigneur Jagannath passe aussi par la capitale française, et comblent petits et grands jusqu'au buffet végétarien géant servi gracieusement à la fin de la procession. D'autres grandes métropoles également, par exemple : Los Angeles, New York, Amsterdam, Moscou, Sydney, Londres…se parent aux couleurs de l'Inde le temps d'une journée en réunissant toutes les communautés hindous ou non. Un grand moment de fête et de joie autour d'un événement haut en couleurs, et c'est peu de le dire !







Mardi 13 Juillet 2010
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Dans la même rubrique :

Le Taj Mahal - 25/06/2006

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs



Inscription à la newsletter


Un article

De retour après une longue absence

Chers abonnés et lecteurs fidèles de Couleur Indienne,

Laissez-moi tout d'abord m'excuser de ce si long silence. J'espère que ces nouveaux articles que j'ai écrit pour vous sauront me racheter et sauront de nouveau vous plaire et vous intéresser. Vous remarquerez en premier lieu le nouvel habillage de votre webzine... C'est parti d'une erreur de manipulation à la base mais en même temps ça tombe très bien car cette année Couleur Indienne existe depuis 10 ans et après une décennie, votre webzine méritait quelques changements et notamment de nouvelles couleurs.


Un numéro très musical

De retour après une longue absence
Dans ce numéro vous trouverez une interview exceptionnelle que m'a accordé une chanteuse Indienne que vous connaissez à bien connaître et qui a fait l'objet de nombreux articles sur ce site, Susheela Raman, qui était en concert à Paris l'automne dernier. Cette interview filmée en octobre dernier (grande première pour moi) a pu se faire grâce aux contacts de Ganga de Inde à Paris,, que je remercie et surtout grâce au magnifique travail de mon amie photographe et cinéaste  Catherine Deylac qui a réalisé le petit film de cette interview, aux images d'une qualité sublime. Merci infinement à elle.

Vous trouverez aussi ses magnifiques photos qu'elle a prises lors de ce concert.

C'est donc un numéro spécial dédié à la musique Indienne en grande partie que je vous propose de découvrir, d'écouter et de feuilleter.. Ainsi vous découvrirez une autre artiste Indienne, Aruna Sayeeram, musique plus classique qui était en concert à Paris en avril. Vous pourrez aussi découvrir ce qu'est la musique carnatique (musique classique du sud l'Inde), dont Susheela Raman est issue de par son éducation musicale de base.

Dans la rubrique, évènement, je vous parlerai d'un spectacle de musique unique le Sankirtana, auquel j'ai assisté, le 8 juin dernier, au musée du Quai Branly.

Dans la rubrique, philosophie et religion, c'est le tantrisme qui sera mis en avant. Contrairement à ce que les occidentaux pensent, ce concept n'est pas uniquement dédié à la sexualité, mais est une vraie philosophie spirituelle.

D'autres thèmes sont aussi proposés dans cette mise à jour de printemps. Comme d'habitude, des livres sur l'Inde seront mis à l'honneur ainsi qu'une association caritative qui m'a interpelée et que je voudrais mettre en avant et d'autres sujets que je vous invite à découvrir.

Sachez aussi qu'en août je pars enfin en Inde pour un mois ce qui me permettra d'élaborer à la rentrée un nouveau numéro dédié à l'Inde avec des photos et plein de choses que je partagerai avec vous de mon voyage. En attendant je vous invite à découvrir le présent numéro et ses articles qui je l'espère sauront vous plaire.

Bonne lecture...

En toute Couleur Indienne
Shanti


De retour après une longue absence

Fabienne-Shanti DESJARDINS
12/05/2012