Les Kolams

UN ART EPHEMERE DE PEINTURE AU SOL DU SUD DE L'INDE

Une autre particularité folklorique de l'Inde du sud, c'est l'art du Kolam. C'est un art traditionnel résolument féminin et très ancien en Inde, en particulier dans les états du Tamil Nadu, de l'Andra Pradesh et du Karnataka, où il est généralement transmis de mère en fille. Encore bien vivant dans les villages, il tend forcément à se perdre dans les grandes métropoles urbaines. Je me souviens en avoir souvent vu à Pondichéry devant la maison de ma grand-mère pour annoncer un mariage ou une fête...Le Kolam a une symbolique positive et heureuse. Je pensais qu'il serait intéressant de s'attarder sur cet art de la rue, méconnu des occidentaux.



Qu'est-ce qu'un kolam ?

Exemple de Kolam
Exemple de Kolam
Le Kolam, qu'on appelle aussi rangoli, se présente sous la forme d'un dessin au sol, notamment devant l'entrée de la maison, ou devant les représentations des divinités. Dans tous les cas, ce sont les femmes qui l'exécutent en général et elles le font en l'honneur de la déesse Lakshmî, qui est invitée ainsi à apporter chance et prospérité dans la maison et la famille. C'est aussi un signe de bienvenue pour les visiteurs... sans oublier l'agrément esthétique que de toute façon une telle décoration offre aux yeux de tous !
Traditionnellement, c'est sur un sol humidifié que sera tracé le dessin. Celui-ci reprend des motifs géométriques déjà connus, mais peut aussi faire appel à l'inspiration personnelle du moment. Des représentations plus figuratives - en particulier celles de fleurs - ne sont pas exclues cependant. Des fleurs coupées pourront d'ailleurs également être déposées sur le kolam pour en parfaire l'esthétique. Le tracé des motifs est normalement réalisé avec de la farine de riz et diverses poudres colorées. Il s'agit de les répandre d'un geste habile de la main de manière à former des lignes ou à remplir des secteurs du motif. Le pouce et l'index rendent fluides et guident la poudre de manière à laisser une trace régulière au sol. Le motif est commencé par son centre puis est continué en s'en éloignant.
Même si le dessin n'est pas minutieux, le résultat est toujours étonnamment régulier et précis et toujours très joli à regarder...Mon enfance est remplie des Kolams de maman sur des petits cahiers à carreaux et j'ai des souvenirs de kolams quand j'allais en Inde en vacances...Chacun si différents et uniques car aucun n'est jamais pareil à un autre.
Cette année en Inde, pour le mariage de mes cousins, un kolam a été exécuté, vous le voyez ci-contre.

Une invocation graphique aux dieux typiquement féminine.

Tradition du Kolam devant une maison (photo de Claude Renauthttp://membres.lycos.fr/borisr/tamil.htm)
Tradition du Kolam devant une maison (photo de Claude Renauthttp://membres.lycos.fr/borisr/tamil.htm)
Kolam signifie "manifestation". Celle-ci peut être gestuelle, musicale ou simplement visuelle. Dans l'Etat du Karnataka, le Kolam ou "dessin symbolique" est toujours tracé par une femme, à l'aube en général. Il apporte à la famille et à l'entourage une bénédiction dont l'effet durera toute la journée. Equivalente à une prière, l'invocation graphique émanant de cette entité féminine ambiguë (à la fois terrifiante et apaisante) des régions du Sud de l'Inde possède le privilège de chasser les mauvais esprits hors de la demeure, où la femme rurale s'enfermera jusqu'au coucher du soleil. Sur le seuil de la maison, ou bien à l'intérieur, dans la pièce-sanctuaire où veillent les petites divinités de bois, d'argile ou de métal, la mère ou la grand-mère vont tracer, avec patience, une série de motifs et d'entrelacs qui évoqueront pour tous ceux qui franchiront le seuil, le monde créé. Elles prennent un mélange de poudre de riz séché et pilé et de poussière de marbre blanc et entre le pouce et l'index, comme pour saler un met, elles laissent glisser une ligne fine et régulière qui se change en losanges imbriqués, en cercles concentriques, en pétales de fleurs étranges, en lunes et en étoiles, en oeil de divinité, en chariot céleste, en serpents noués en seize, en huit ou en quatre etc... Le dessin blanc apparaît nettement sur la terre battue recouverte de la bouse de vache purificatrice.

La dessinatrice qui possède dans sa tête des schémas enseignés par les femmes de la famille, se recueille un moment puis, lorsque le jour choisi est celui d'une cérémonie ou d'une fête de famille, elle ajoute des couleurs. Celles-ci, peu nombreuses (jaune, rouge et noir surtout) sont chargées de sens. Au cours de la journée, chaque adulte veille à contourner le dessin mais si les pieds nus d'enfants, les sabots ou les pattes d'animaux effacent les lignes savantes et brouillent les aplats de poudre, la bénédiction se trouve renforcée car le dessin se purifie.

Un art du quotidien au Tamil Nadu

Art du quotidien dans le Tamil-Nadu, les kolams sont des représentations d’animaux, de fleurs ou de figures géométriques dessinées à l’aide de poudres de couleurs. Elles sont réalisées devant les habitations pour les sanctifier, les protéger et inviter la divinité bienveillante, Lakshmi en général, à se manifester. La main des femmes, main-outil donne et reçoit, fait jaillir la vie sans la posséder à travers ces dessins éphémères mais tellement éternels. En effet l'art du kolam se transmet oralement de mère en fille, de soeur en soeur, de grand-mère à petite-fille.

Les kolams sont vite balayés par le vent ou foulés aux pieds par les passants, symbolisant ainsi l'éphémère de la vie et de l'art, c'est ce qui à mes yeux les rend encore plus beaux.

Des dessins féminins pour le bien être du foyer

Un autre exemple de Kolam
Un autre exemple de Kolam
Dans le désert du Thar, au Rajasthan, les femmes maîtresses de leur maison et en charge de leur construction, dessinent aussi des espèces de kolams sur leurs habitations pour les rendre belles et les transformer en des lieux où ils fait bon vivre malgré la dureté de leur vie.

Ainsi on remarquera l'importance de ces arts graphiques féminins en Inde. Avec les saris qu'elles portent, les bindis au front, et les kolams qu'elles dessinent les indiennes incarnent une Inde éternelle et traditionnelle, presque immanente. La femme indienne, est la garante de la beauté et du bien-être dans le foyer c'est à ce titre qu'elle sera respectée. C'est un de ses rôles les plus fondamentaux en Inde. Tout en étant symbole d'un passé éternel, d'une tradition perpétuellement intacte, les femmes incarnent aussi l'avenir de l'Inde.

Les Kolams sont les illustrations de l'âme, de la force, de la beauté des femmes indiennes, les représentations de souvenirs heureux et l'annonce de bonheurs futurs...C'est l'Inde dans sa spiritualité et ses couleurs... c'est en cela que ce sont des couleurs indiennes chères à mon coeur...Elles ne doivent pas disparaître...

Dimanche 25 Septembre 2005
Shanti/Fabienne DESJARDINS


1.Posté par Francoise Remington le 23/11/2005 14:41
Bravo pour votre excellente presentation sur l'art du Kolam. Je suis fascinee par cet art et je fais une collection de dessins que les meres dans mes projets font pour m'accueillir. Connaitriez-vous un endroit en Inde ou on pourrait faire un stage culturel sur l'art quotidien au Tamil Nadu?

2.Posté par Shriram Rajaram le 09/09/2008 11:10
Bonjour,

Je vous ecris de l'Inde du Sud, de la ville Tiruchy. Kolam est pour decorer la maison et aussi acueillir la deesse Lakshmi chez soi.

Brava pour les photos!

Shriram Rajaram
Tiruchy

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs