Mira Nair : Gros plan sur une cinéaste à part

Indépendance, intuition et complexité sont les maîtres-mots de l'une des cinéastes les plus célèbres et controversées de son pays, l'Inde. Il s'agit de Mira Nair. Elle est l'une des plus célèbres cinéastes de l'Inde, et a obtenu un succès foudroyant avec la sortie de son premier long métrage Salaam Bombay ! en 1988. Originaire du pays qui produit le plus grand nombre de films au monde, elle apportait à cette époque la preuve que le cinéma d'auteur indien pouvait aussi remporter un succès commercial. Mais sa carrière cinématographique, qui a débuté en 1979, lui a valu à la fois une reconnaissance universelle et de violentes critiques dans son pays.



Biographie

Mira Nair : Gros plan sur une cinéaste à part

Née en 1957 à Bhubaneshwar, dans l'Est de l'Inde, pas loin de l'Orissa, elle est la benjamine d'une famille de trois enfants dont le père est fonctionnaire. Très tôt elle manifeste un intérêt pour le cinéma. Mais elle se passionne encore plus pour le théâtre qu'elle étudie (en même temps que la sociologie) à l'Université de Delhi. C'est là-bas qu'elle se lance dans le théâtre de rue politiquement engagé. Ainsi elle joue pendant trois ans au sein d'une troupe amateur, avant de poursuivre ses études d'art dramatique aux Etats-Unis où elle obtient une bourse en 1976.

A l'Université de Harvard, l'enseignement ne lui paraît pas assez novateur. Déçue, elle se tourne vers le documentaire, ce qui lui donne l'occasion de travailler avec trois grands cinéastes: Alfred Guzzeti, Richard Leacock et D.A. Pennebaker.

Sept ans après avoir décroché son diplôme, elle a déjà réalisé quatre documentaires sur la culture, les traditions de l'Inde et leur impact sur la vie des gens ordinaires.

Elle obtient son plus grand succès avec Salaam Bombay! qui, selon elle, «décrit la réalité des enfants qui se voient refuser leur enfance, des enfants qui survivent dans la rue avec résignation, humour, flamboyance et dignité». Avant le tournage, Mira Nair et sa scénariste, Sooni Taraporevala, amie depuis l'université et originaire de Bombay, organisent un atelier de trois mois avec 30 enfants de la rue qui auront tous un rôle. Le film remporte 23 prix internationaux, dont la Caméra d'Or et le prix du public au festival de Cannes de 1989.

La même année, elle fait partie des finalistes pour l'oscar américain dans la catégorie du meilleur film étranger. Mira Nair est fière de ces distinctions. «Surtout pour nos enfants et pour l'Inde, car c'est la première récompense que nous avions depuis 1957, l'année de ma naissance.»

La «Kuskoo Didi» (la grande soeur tenace), comme l'ont surnommée les enfants de la rue de Bombay, a fait en sorte que "Salaam Bombay!" leur profite encore longtemps. Elle a versé le gros des salaires de ces jeunes «comédiens» sur un compte en banque, avec une partie des recettes du film; elle a même fondé avec ses collaborateurs la «Salaam Balak Trust», une association à but non lucratif, qui offre des services éducatifs, médicaux et une formation professionnelle aux enfants des rues.

Mira Nair est mariée avec Mahmood Mamdani, politologue et a un fils Zohram. Elle continue dans ses films de s'intéresser aux thèmes de l'identité, de la culture et de l'exil.


Sa filmographie

Mira Nair : Gros plan sur une cinéaste à part

Sa filmographie est riche.

1987 : SALAAM BOMBAY !
1991 : MISSISSIPI MASALA
1995 : THE PERREZ FAMILY
1996 : KAMA SUTRA, A TALE OF LOVE
1998 : MY OWN COUNTRY
1999 : THE LAUGHING CLUB OF INDIA
2001 : LE MARIAGE DES MOUSSONS (Monsoon wedding)
2002 : HYSTERICAL BLINDNESS
2003 - Meilleur film de l'Union européenne pour le film 11'09"01 Septembre 11

Après des études à l'Université de Dehli et de Harvard, Mira Nair réalise des documentaires. En 1987, "Salaam Bombay !" marque les débuts de sa carrière cinématographique, et recueille consécutivement le Prix du Meilleur Film Etranger aux Academy Awards (les Oscars), le Prix du Public au Festival de Montréal, et la Caméra d'Or à Cannes.

Passionnée par le mélange des cultures, Mira Nair réalisera Mississippi Masala où une jeune indienne tombe amoureuse d'un Noir incarné par Denzel Washington.

Sur le même thème en 1995, elle dépeint des réfugiés cubains dans The Perez Family avec Anjelica Huston et Alfred Molina.

Après avoir réalisé "Kama Sutra: une histoire d'amour "(1997), elle se bat pendant 18 mois avec la censure en Inde afin d'obtenir l'autorisation de projeter le film dans toutes les salles du pays. «Le bureau de la censure voulait couper toutes les séquences vaguement sexuelles. Le film en devenait méconnaissable. Il a fallu que j'aille jusqu'à la Cour suprême pour obtenir gain de cause" dit-elle ) l'époque dans une interview.

En 1998, elle réalise pour le Showtime "My Own Country", l'histoire d'un jeune médecin émigré, s'associant avec les AIDS contre les épidémies du Sud de l'Inde.

En 1999, elle tourne le documentaire "The Laughing Club of India", qui reçoit le Prix Spécial du Jury au Festival International des Programmes Audiovisuels, sur la chaîne Américaine HBO.

En 2001, Mira Nair réalise un film sur la classe moyenne indienne : Le Mariage des moussons (Monsoon wedding) qui obtient en 2001 le Lion d'or à Venise. J'en avais fait à l'époque une petite critique dans l'ancienne version de Couleur Indienne. C'était un film que j'ai beaucoup aimé comme Kama Sutra et bien sûr Salam Bombay. Vous trouverez mes impressions sur ce film à la suite de cet article.

En 2002 elle réalise "Hysterical Blindness" avec Uma Thurman, Gena Rowlands et Juliette Lewis

En 2003 elle participe au film collectif "11'09"01 Septembre 11" sur les évènements du 11 septembre aux côtés de metteurs en scène comme Kusturicza etc.


Son actualité


En 2005, elle sortira le film "Vanity Fair" avec Reese Witherspoon, James Purefoy, Romola Garai ...

Elle a été sollicité aussi pour être la prochaine metteur en scène d'"Harry Potter et l'Ordre du Phénix (Harry Potter and the Order of the Phoenix) avec Jason Isaacs. Dans une interview au New-York Times en août 2004 elle dit en effet : "On vient de m'offrir la réalisation de Harry Potter et l'ordre du Phénix. Je l'ai lu ce week-end. Je réfléchi encore" a-t-elle déclaré. "Je ne souhaite pas me presser. J'ai besoin de détachement, cela m'aide à garder les pieds sur terre (...) Mon fils Zorhan est excité. J'ai vu tous les Harry Potter avec lui."...
Rien n'est donc encore officiel, puisque le français Jean-Pierre Jeunet (Amélie Poulain, Allien 4, Un long dimanche de Fiançailles) a lui aussi été pressenti pour le même film...mais l'éventuelle venue de Mira Nair (ou de Jeunet) dans la franchise Harry Potter suivrait la logique de Warner qui souhaite faire appel à des réalisateurs talentueux et d'horizons différents tels Chris Columbus ("Harry Potter à l'école des sorciers" et "Harry Potter et la chambre des secrets"), Alfonso Cuarón ("Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban") et Mike Newell ("Harry Potter et la coupe de feu")....

Justement, "Harry Potter et la coupe de feu" (le quatrième) est actuellement en tournage et sortira sur nos écrans en décembre 2005. La sortie de "Harry Potter et l'ordre du Phénix" est, quand à elle, prévue pour l'été 2007.

Le fait que Mira Nair ait été sollicitée pour faire ce film prouve la place qu'elle occupe dans le cinéma mondial. Ca faisait longtemps qu'un metteur en scène indien n'avait pas été une telle renommée internationale et je trouve ça très touchant en tant qu'originaire de l'Inde et surtout que ce soit une femme en plus. Je serais toutefois tout autant fière que Jeunet accepte en tant que française, mais c'est une autre histoire.


RAPPEL, Petite critique et impressions personnelles sur Le Mariage des Moussons

Mira Nair : Gros plan sur une cinéaste à part

Dans Le Mariage des Moussons (Monsoon Wedding), Mira Nair, Lion d'Or au Festival de Venise, révèle une Inde inattendue, dans un tourbillon exubérant et coloré. C'est un film jouissif. Je me souviens quand je suis allée le voir c'était au cinéma le Balzac à Paris. C'est un cinéma de quartier, convivial qui ne propose que des films d'auteurs et des activités autour du cinéma. La directeur de la salle est venu présenter le film (il était très fier que le film soit resté plus longtemps encore dans son cinéma qu'Harry Potter dans les autres cinémas) en nous disant que c'était une oeuvre magnifique pleine de couleur et de danses, mais aussi d'émotions et d'humanité...et que quand on sortait du cinéma après l'avoir vu, on avait envie de chanter, de danser et de rire...et que les rues de Paris nous paraîtrait ternes ensuite. C'est exactement ce que j'ai ressenti et d'autres choses encore...Que vous dire de plus ? Peut-être le mieux serait de vous raconter l'histoire de ce très beau film.

Mira Nair nous offre ici une authentique comédie dramatique, compatible avec le goût occidental mais avec de vrais morceaux de Bollywood dedans : de la musique donc, tonitruante composition de l'excellent Mychael Danna (ici sur les traces sonores de fanfares ), mais aussi, ici et là, des pas de deux dansés avec toute l'expressivité des films populaires, massala indiens, jeux de mains et roulements d'yeux en vogue dans les clips de MTV India. Le metteur en scène utilise les ingrédients Bollywood pour nous raconter une histoire de famille tragi-comique, mais le thème n'est pas Bollywoodien.

Si l'on fredonne et si l'on se bouge en rythme, c'est que Lalit, bon bourgeois de Delhi, marie sa fille, Aditi. Un mariage tout ce qu'il y a de plus traditionnel, avec cérémonie du henné, photo en costume d'apparat, etc. Mais un mariage d'aujourd'hui. Quand Lalit veut réunir sa famille, il doit faire revenir beau-frère, cousin ou neveu des Etats-Unis, d'Australie ou du Moyen-Orient : c'est la diaspora indienne dans tout son éclatement. Et si Aditi accepte ces noces arrangées avec un gentil jeune homme qu'elle n'a vu qu'une fois, c'est aussi par dépit, parce que son amant, un Jean-Luc Delarue local (il anime un talk-show bien kitsch, delhi.com, dont on aperçoit quelques extraits), ne quittera jamais sa femme. Drôle de mariée cette Aditi, moins prompte à endosser le sari traditionnel de l'épousée qu'à retirer une dernière fois sa robe à l'arrière de la voiture de son ex... On ne verrait pas cela dans un vrai Bollywood !

Ce sont ces contradictions que veut saisir Mira Nair. L'Inde entre tradition et modernité, comme on dit de façon un peu bateau, mais comme on ne saurait mieux dire : les rues de Delhi à l'heure de la mondialisation...même le folklorique "organisateur d'événements", en charge du mariage, a son adresse e-mail...on retrouve le thème de la fuite des élites (beaucoup d'indiens partent travailler aux USA dans l'informatique par exemple), les clivages de langue : hindi pour les moins aisés, anglais pour les autres, l'avancée des moeurs au coeur d'une tradition puritaine.

Ce portrait sur le vif d'une société, la cinéaste l'intègre habilement à sa sarabande de personnages, entrecroisement de drames, d'amourettes, de tendresse et d'incompréhension, tableau de groupe familial en crise qu'on jurerait par instants sous l'influence de Festen, tant sur la forme que sur le fond.

Il y a bien, ici et là, des sautes de rythme et des ficelles de scénario un peu trop apparentes. Mais le récit va crescendo. La veille de la noce, un scandale menace de gâcher la cérémonie. Alors, Lalit, notre héros ordinaire, prend la décision qu'il faut, privilégiant la parole de sa fille adoptive, Ria, sur la solidarité clanique de la famille (chose rare en Inde) et sans doute cette victoire de l'individu sur le collectif, le vrai sujet du film, a-t-elle plus de prix en Inde qu'ailleurs. Difficile de ne pas être saisi d'un grand élan d'affection à l'égard du personnage. La fête rebondit alors, mais elle est chargée d'une émotion nouvelle qui donne tout son prix au film. Si vous avez l'occasion de le voir, ne manquez pas ce film, vous ferez une belle expérience cinématographique rare. Qu'importe le prix, ou les critiques, ou les défauts, j"ai adoré ce film.


Lundi 8 Novembre 2004
Fabienne-Shanti DESJARDINS


1.Posté par eric lohrer le 29/09/2006 15:31
merci pour votre synthèse sur Mira Nair ! Je sors du musée Guimet (place d'Iena à Paris) où se déroule en ce moment et pour un mois encore un cycle cinéma indien (allez-y !). Je viens d'y voir Salam Bombay qui m'a profondément ému. Le mariage des moussons passe lundi 2 octobre à 12h15. L'auditorium-cinéma du musée est un endroit très agréable. Programme : http://www.museeguimet.fr

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs