Raghubir Singh, un photographe indien mondialement connu

Qui mieux qu’un indien peut parler de l’Inde ? Le raisonnement est sans doute un peu “facile” mais il l’illustre à la perfection dans le cas précis des photographes indiens.
En effet, Couleur Indienne, à partir de ce numéro lance une série d'articles sur les photographes indiens et c'est avec l'un des plus grands, Raghubir Singh, décédé en 1999, que nous inaugurons cette série.
Loin d’une vision occidentale en noir et blanc, clichés, pieuse ou misérabiliste, l’Inde de Singh est couleur, ce qui va bien avec l'esprit Couleur Indienne. Couleurs douces et naturelles, que vous découvrirez en feuilletant l’album photos de ce géographe de l’âme intérieure de l’Inde.




Sa vie, son oeuvre

Raghubir Singh, un photographe indien mondialement connu

Raghubir Singh est probablement aujourd’hui le photographe indien qui connaît le mieux son pays et l’a montré sous les angles les plus divers. Il y a travaillé en effet régulièrement pendant plus de trente ans, jusqu'à sa mort subite en 1999.

Raghubir Singh est né dans une famille royale de Jaipur, Rajasthan en 1942. Après des études à Jaipur et à l'université hindoue de Delhi, il part à Calcutta faire carrière dans l'industrie de thé. C'est aussi à ce moment là qu'il commence la photographie en amateur. On raconte que Satjajit Ray, tombant sur ses photos à l'époque, les avait trouvé "sans tripes". Le Jeune Raghubir prit cette critique comme un défi et continua la photographie avec encore plus de coeur et de passion.

Dans les années 1970, Raghubir part à Paris et pendant trois décennies de formation rigoureuse, il creuse son propre sillon dans la photographie internationale avec une série de portfolios de photographies en couleurs sur l'Inde. Quoiqu'il ait été inspiré par la technique du ' le moment décisif ' de Henri-Cartier Bresson, le célèbre photographe qu'il a rencontré à Paris quand il a 24 ans et avec qui il collabore quelques temps quand ce dernier allait photographier l'Inde, il choisit la couleur au lieu du noir et blanc prôné par le Maître.

Pour lui, l'essence de la vie et du paysage indiens ne pouvait être "capturée" seulement par les nuances infinies des couleurs qui changent, s'unissent et transmutent dans un spectre de couleurs infinies. Il disait "À la différence des Occidentaux, les Indiens ont toujours vu et contrôlé intuitivement la couleur. Nos théories, depuis l'antiquité sont devenues un courant et une entité rythmique sur le fleuve de la vie de l'Inde - son fleuve de couleur…les yeux de l'Inde voit seulement en couleurs." Raghubir Singh fait ainsi figure de pionnier dans l'utilisation du film couleur pour le reportage à une époque où les grands reporters utilisaient le noir et blanc.

Pour Raghubir qui s'était finalement installé aux Etats-Unis, l'Inde est restée un sujet intime. Sa passion pour l'Inde est demeurée intacte quoiqu'il se soit consciemment distancié 'de l'exotisme' de la photographie de voyage. En parlant de son origine esthétique et de ses influences, il disait, "ma voix est essentiellement celle de quelqu'un qui a passé ses années d'éducation au Rajasthan. Mon sens artistique a été forgé très tôt par la culture des Rajputs du Rajasthan". Évidemment, dans ces mots ce qu'il évoquait c'était les couleurs éblouissantes de son état natal, ses hawelis, ses miniatures, ses artefacts, les vêtements, la musique folklorique et les dunes de sable qui ont impressionné et ont inspiré l'artiste en devenir. Pour lui, c'était...une terre aux gammes de couleurs proche des monochromes qui se déclinait du sable aux teintes des costumes …Ces couleurs ne sont pas des éléments superflus ou exotiques, mais une partie intrinsèque de la dureté, de la vie de tous les jours..."

Son premier livre de photos fût publié en 1974 ; "The Ganges : sacred river of India, Perennial Press, Bombay". ( disponible sur abebooks.fr ). Puis il a publié une douzaine de livres qui présente à chaque fois une région géographique de l'Inde : Le Gange, Calcutta, le Rajasthan où il est né, le Kerala, Benares ...... etc...

Raghubir Singh a vécu en Inde, à Paris, à Londres et à New York (où il est mort) mais ce sont surtout ses photographies de l'Inde qui ont été publiées, exposées dans les musées. Considéré comme l’un des grands pionniers de la photographie couleur, il est aussi l’un de ceux qui a su le mieux capter l’Inde, dans toute sa complexité et ses contradictions. Ses photographies sont d’ailleurs dépourvues du romantisme et de la sentimentalité qui marquent souvent les photographies sur l'Inde.

Lille 3000, qui a lieu actuellement, présente une sélection de photographies tirées des deux ouvrages Fleuve de couleur (Phaidon, 1998) et A Way into India (Phaidon, 2002). Cette dernière met en scène l'Ambassador, la mythique voiture héritée des anglais, omniprésente en Inde (même si on la voit un petit peu moins de nos jours). Dans ces photographies, prises essentiellement au cours des dernières années de sa vie, l'artiste s'approprie l'Ambassador et se sert du pare brise, du rétroviseur ou des portes du véhicule pour cadrer son image.

Une autre sélection des photographies de Raghubir Singh est présentée au Colysée (ou à la Maison Folie) de Lambersart. Raghubir Singh est également représenté dans l'exposition Bombay Maximum City au Tri Postal.

Pedestrians, Kemp's corner, Mumbai, Maharashtra, 1989 © Succession Raghubir Singh

Ses oeuvres font partie des collections permanentes de nombreux musées internationaux tels que la Tate Modern à Londres, le Museum of Modern Art (MOMA) à New York ou encore l’Art Institute of Chigago.

La dernière oeuvre de Raghubir Singh: A way to India

Raghubir Singh, un photographe indien mondialement connu

Il est considéré avec William Eggleston comme l'un des pionniers de la photographie couleur Longtemps basé à Paris, ce photographe reconnu internationalement a su réinventer l'usage de la couleur dans un médium qui dans les années 1970 était encore ignoré. Connu pour sa technique d'organisation de l'espace et son utilisation contrôlée de la couleur, le travail de Raghubir Singh reflète les multiples facettes de l'Inde contemporaine. A Way to India est un travail particulier qui montre bien pourtant l'étendue du talent et de la palette photographique de l'artiste.

Le livre paru 3 ans après sa mort prématurée en 1999, rend un hommage à l'Ambassador, la voiture indienne par excellence devenue objet emblématique. Dans ces photographies, prises essentiellement dans les dernières années de sa vie, Raghubir Singh cadre ses images à travers les vitres et le pare-brise de la voiture qui le conduisait sur les routes de l'Inde, réalisant en quelque sorte un équivalent photographique du road movie. Ces photographies, conceptuelles dans leur approche, nous font relire l'oeuvre de Raghubir Singh sous son angle le plus abstrait.


Jeudi 19 Octobre 2006
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs


Inscription à la newsletter



Partager ce site