Des nouvelles des travaux sur l'église Notre Dame des Anges de Pondichéry.  12/08/2010


Dans le précédent numéro de Couleur Indienne, en partenariat avec l'association "les amis du patrimoine pondichérien", dont nous vous proposions l'interview du président, nous vous soumettions une souscription afin d'aider les travaux de l'église Notre Dame des Anges. Voici les dernières informations transmises directement par l'association sur cette opération, que Couleur Indienne continue à soutenir.


Tout d'abord l'association "les amis du patrimoine pondichérien" nous informe de l’actualisation de leur site www.lesamisdupatrimoinepondicherien.org (avec photos de leurs chantiers) et de la création du« facebook » ouvert au nom de l’association qui ont permis d’élargir leur audience de manière significative.


Mais leur première pensée va tout d’abord vers les 60 généreux donateurs qui ont permis à leur association de lancer le commencement de la restauration de l’église Notre-Dame-des-Anges en septembre dernier. Chacun d’entre eux est devenu partenaire de ce chantier piloté sur place par le père Michael John Antonysamy, curé de la paroisse et maître d’ouvrage, et Patrick Lafourcade, maître d’œuvre, qui vit et travaille à Pondichéry depuis près de vingt ans.


Le deuxième clocher est en passe d’être repeint dans ce même rose napolitain qui caractérise cette église. Un échange nourri d’avis autorisés (leur bureau, leur conseil en patrimoine Marc Pabois, le père Michael John et son conseil paroissial, Patrick Lafourcade lui-même, l’INTACH, le brodeur Jean-François Lesage, etc.) a permis d’aboutir à un consensus pour donner de la couleur, et donc de la présence, aux 12 apôtres (terre de sienne, bleu pâle et couleur chair) et aux vases (d’un rose plus foncé), situés à mi-hauteur des clochers et jusqu’alors noyés dans la même couleur extérieure du bâtiment.

Par ailleurs, la révision de toute la maçonnerie extérieure est en passe d’être achevée. Les bancs de l’église sont pratiquement tous restaurés (menuiserie et recannage). La révision des fenêtres est achevée (reste encore certains carreaux de couleurs à reprendre). Le père Michael John a demandé à une artisane indienne de restaurer les tableaux du chemin de croix.

Le travail se concentre actuellement sur la peinture intérieure du dôme, la révision générale de l’électricité, les travaux d’étanchéité de la toiture et la peinture intérieure de l’église.
Si la première campagne d’appels de fonds de juin-juillet 2009 a rapporté près de 30000 €, la seconde de janvier 2010 a rapporté près de 8000 €, dont une donation de 4000 € de la Fondation des Vieilles Maisons Françaises. Les donateurs pondichériens ont été également très généreux avec près de 10000 € rassemblés ces dernières semaines. Les travaux de restauration peuvent donc se poursuivre même s’il reste encore près de 30 000 € à rassembler pour leur achèvement.


Cachemire indien: un dirigeant séparatiste rejette une offre de pourparlers de New Delhi  10/08/2010

Un dirigeant séparatiste musulman modéré du Cachemire indien a rejeté samedi une offre de pourparlers du gouvernement indien, après des semaines de violences qui ont fait près de cinquante morts.
Le ministre indien de l'Intérieur P. Chidambaram a déclaré vendredi que l'Inde était prête à des pourparlers avec les séparatistes musulmans. Mais le dirigeant séparatiste Mirwaiz Umar Farooq, qui a déjà mené plusieurs séries de pourparlers avec New Delhi, a rejeté cette offre.
M. Farooq a également mené des négociations avec le Pakistan, qui revendique l'ensemble du territoire du Cachemire dont il ne contrôle qu'une partie. Au moins 49 personnes ont été tuées, dont 32 au cours des huit derniers jours, depuis le début des violences le 17 juin, date à laquelle un étudiant de 17 ans avait été tué par les forces de sécurité lors d'une manifestation contre l'administration indienne. La plupart des personnes tuées l'ont été par balles lors de heurts entre des manifestants et les forces de sécurité.
Samedi, le couvre-feu imposé depuis une semaine à Srinagar, capitale d'été du Cachemire indien, a été levé pendant deux heures. La veille, une équipe spécialisée de policiers anti-émeutes avait été déployée dans cette ville d'un million d'habitants.
M. Chidambaram avait affirmé vendredi que le Pakistan semblait être derrière les manifestations qui embrasent le Cachemire, mais les responsables musulmans locaux assurent qu'il s'agit d'un mouvement spontané d'habitants en colère.
Le Cachemire indien est le théâtre depuis vingt ans d'une insurrection séparatiste qui a fait plus de 47.000 morts.




Une marée noire sur les côtes de Bombay  10/08/2010

Alors qu'on parle des ravages causés par un pétrolier de BP sur les côtes américaines, une nouvelle marée noire fait parler d'elle mais cette fois-ci en Inde. En effet, des tonnes de pétrole ont été déversées sur les côtes de Bombay après une collision de bateau samedi dernier (le 8 août). On estime que trois à quatre tonnes de pétrole se sont échappées du MSC Chitra. La cargaison continue à s'écouler du pétrolier, qui est à présent en train de couler après être resté dangereusement penché.
Mais hier, lundi 9 août la fuite de mazout au large de Bombay semblait sous contrôle après la crainte d'une marée noire. En effet, les garde-côtes indiens ont annoncé lundi qu'une fuite de mazout s'échappant d'un porte-conteneurs qui a chaviré au large de Bombay après être entré en collision avec un autre navire samedi, avait été pratiquement jugulée. Un des principaux ports de Bombay restera cependant fermé pendant trois jours. Les bateaux et avions engagés dans l'opération de nettoyage ont assuré que la fuite de pétrole en provenance du porte-conteneur MSC Chitra (battant pavillon Panaméen), qui a chaviré a quelques kilomètres au large de Bombay était "presque réduite à néant" hier soir, soit deux jours après la collision, selon un communiqué des garde-côtes.
Le MSC Chitra quittait Bombay samedi lorsqu'il est entré en collision avec le MV Khalijia-III, un navire battant le même pavillon, qui manoeuvrait dans le port. Depuis la collision, du pétrole s'échappait de la coque du MSC Chitra, que l'on apercevait à environ 5 milles nautiques des côtes, au milieu de conteneurs éparpillés dans l'eau, selon un photographe de l'AFP. Les trente-trois membres d'équipage ont pu être sauvés, mais selon la police, un des officiers s'est noyé après avoir fait une chute d'un hors-bord patrouillant autour de la zone de l'accident. Selon le ministère des Affaires maritimes Indiennes, 120 conteneurs sont tombés en mer et une opération était en cours pour les récupérer. Des nappes de pétrole apparues autour de l'île Elephanta, un site connu pour ses grottes classées sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité, ont déjà été nettoyées, a déclaré dans un communiqué le ministère de la Défense. Mais selon des groupes environnementaux, du pétrole a été retrouvé sur des plages le long de la mer d'Arabie.
Les principaux ports de la ville Bombay parmi les plus importants en Inde, devraient être fermés entre "deux à trois jours" en raison de la poursuite des opérations de nettoyage dans le couloir de navigation, a annoncé mardi une source industrielle.
Leur fermeture pourrait se prolonger plusieurs semaines car l'impact à long terme de cette collision doit être évalué. Le Premier ministre, Manmohan Singh, a demandé un rapport au ministère des Affaires maritimes tandis que le ministre de l'Environnement, Jairam Ramesh, a déclaré devant le Parlement qu'une action en justice avait été lancée contre les propriétaires des deux cargos.




Inondations au Ladakh  10/08/2010

Des inondations sans précédent ont fait au moins 150 morts et 500 disparus depuis vendredi 6 août 2010 au Ladakh, dans le nord de l’Inde. A Leh, les secours se mettent en place mais la vie reste paralysée. Dans la nuit, un orage terrible a déchiré pendant plusieurs heures le ciel de la région himalayenne, perchée à 3500 mètres. Des arbres sont tombés, les rivières ont débordé, des torrents de boue se sont formés, des pans de montagne se sont écroulés. Dans le bas de la ville, les maisons n'ont pas résisté, la station de bus a été emportée, une partie de l'hôpital y est passée. Des centaines de morts, dits très vite la rumeur. Peut-être des milliers.
Samedi 7 août. Les bilans officiels s'affinent : près de 150 morts identifiés, mais encore plus de 500 disparus, au moins 400 blessés, et une dizaine de milliers de sinistrés… Bonne nouvelle pour les voyageurs étrangers (dont de nombreux Français) : l'aéroport a rouvert. Pour autant, c'est la panique à bord. Difficile de trouver un taxi : l'essence commence à manquer, les habitants préfèrent l'économiser. Si le ravitaillement n'arrive pas, la ville risque de se retrouver très vite paralysée. Ayons une pensée pour tous les sinistrés de cette région qui a déjà beaucoup souffert.


Fête de Ganesh  10/08/2010

Voilà déjà quinze ans que le dieu indien de la sagesse, de l'intelligence, de la prudence, qui préside aux écoles et protège les travailleurs du savoir est célébré chaque année dans le nord de la capitale, autour de son temple de Sri Manicka Vinayakar Alayam. L’espace d’une journée, Ganesh, fils du grand Shiva, dieu aux quatre bras et à tête d'éléphant transforme le quartier entre la gare du nord et le métro Marx Dormoy en une véritable ville indienne.
La procession démarre à 11h du matin, près du nouveau temple, rue Pajol. En tête de ce défilé multicolore, se pressent des joueurs de flûtes, des danseurs et des danseuses portant sur la tête un pot de terre cuite où brûle le camphre. Vient ensuite le char, de cinq mètres de haut, abritant la statue du dieu. Et enfin des chanteurs et des musiciens pour animer le parcours de rythmes indiens.
Pour que chacun participe, des noix de cocos sont mises à disposition. Elles symbolisent l'illusion du monde et l'eau à l'intérieur représente l'ego humain. En cassant la noix de coco sur la chaussée, on offre son cœur à Ganesha et on bénéficie de sa protection. Tout au long du parcours, des offrandes bénies, des friandises et des boissons fraîches sont distribuées au public dans l'esprit de partage et de convivialité de la fête hindouiste.

ITINÉRAIRE de 11h à 15 h
- 17, rue Pajol, de 11h à 11h30 (environ)
- rue Perdonnet, de11h30 à 11h50 (environ)
- rue du Faubourg Saint-Denis, de 11h50 à 12h15 (environ)
- rue Marx Dormoy, de 12h15 à 12h45 (environ)
- rue Ordener, de 12h45 à 13h30 (environ)
- boulevard Barbès, 13h30 à 14h (environ)
- rue Labat, de14h à 14h30 (environ)
- rue Macadet, 14h30 (environ)
- retour par la rue Ordener 14h45 (environ)
- rue Philippe de Girard jusqu’au 17, rue Pajol. 15h

Pour plus d'informations, vous pourrez lire un article sur cette célébration et ce dieu hindou dans la rubrique "civilisation".


Décès de l'écrivain Christian PETIT  03/08/2010

DERNIERE MINUTE
C'est avec tristesse que j'ai appris dimanche le décès de Christian PETIT, écrivain que j'avais interviewé sur ce site et dont je vous avais présenté les oeuvres à plusieurs reprises.
Ce que je retiens de lui c'était sa gentillesse, ses encouragements pour mon site, sa grande qualité de narrateur et de conteur, sa passion de l'Inde qu'il connaissait extrêmement bien. Je me souviens de nos conversations aussi. On se voyait régulièrement lors de manifestations autour de l'Inde et la dernière fois que je l'avais vu, il informait l'assistance de la préparation d'un nouveau roman, toujours sur l'Inde, sur le Shekawati, sujet sur lequel il avait fait une conférence en mai dernier.
Ses obsèques auront lieu le mercredi 4 août 14h à l'église Saint-Séverin à Paris.
En hommage à cet écrivain, vous pourrez redécouvrir dans ce numéro d'été l'interview qu'il m'avait gentiment accordé...et les articles que j'avais consacré à ses oeuvres (dans la rubrique "Livres coup de coeur")
Au revoir Monsieur Petit.


BAITHAK - UN SALON POUR LA MUSIQUE DE L'INDE (du 24 septembre au 5 octobre)  26/06/2010

le Festival d’Automne à Paris accueille quatre maîtres de la musique classique indienne pour des concerts exceptionnels à la Maison de l’Architecture (148 rue du Faubourg Saint-Martin Paris 10e).

Pluridisciplinaire et international, le Festival d’Automne à Paris se consacre aux arts contemporains et présente chaque année depuis 1972, de septembre à décembre, plus de cinquante manifestations dans les institutions les plus prestigieuses de Paris et de sa couronne.
La 39e édition du Festival d’Automne à Paris se tiendra du 9 septembre au 31 décembre 2010 et affiche d’ors et déjà une riche programmation de théâtre, danse, musique, arts plastiques, arts vidéos et cinéma.

Baithak - Un salon pour la musique classique de l’Inde (du 24 septembre au 5 octobre)

24 et 25 septembre 20h, 26 septembre 18h
Meeta Pandit, chant hindustani
Shailendra Mishra, tabla / Bharat Bhushan Goswami, sarangi
NN, pakhawaj / Abha Pandit, tanpura

27 au 29 septembre 20h
Kamal Sabri, sarangi solo
Shubh Maharaj, tabla / Suhail Yusuf Khan, sarangi
Aslam Khan, sarangi / Rafiq Khan Langa, khartaal

30 septembre au 2 octobre 20h
Vijay Venkat, flûte (30 septembre et 2 octobre),
vichitra-veena (1er octobre)
C. N. Chandrashekhar, violon / K. R. Ganesh, mridangam
Lakshmi Inala, tanpura

3 octobre 18h, 4 et 5 octobre 20h
O. S. Arun, chant carnatique
Kandadevi Vijayraghavan, violon
Kumbakonam Saravanan, mridangam
A. Selvam, cymbales / NN, tanpura
[http://www.festival-automne.com/fr/programme.php?programme_id=1441&festival=40