'La face cachée de l'Inde', un essai à paraître bientôt en France le 1er mars 2007

L'Inde est un pays qui fascine et intrigue l'Occident. Mal connu, le pays est tantôt décrit aux couleurs de la spiritualité éternelle, tantôt comme une région vouée à la pauvreté et à la violence. Pour tous, il est vrai, l'Union indienne reste la " plus grande démocratie du monde ", d'autant plus méritante qu'elle est déchirée par des forces contradictoires, laïques d'un côté, religieuses et nationales de l'autre. Et c'est là, en effet, que réside le vrai secret de cette formidable puissance en passe de devenir une force économique majeure sur la scène internationale : comment, à l'intérieur d'un système aussi rigide que celui des castes, la démocratie, fondée sur l'égalité et la liberté, a-t-elle pu s'enraciner ?
C'est aussi une puissance économique et nucléaire avec laquelle chacun sait qu'il faut désormais compter. En même temps, plus de trois cents millions de personnes y vivent en dessous du seuil de pauvreté.
Mentionné à plusieurs reprises, ce paradoxe fait partie des interrogations que le sous-continent indien, dans sa complexité, ne cesse de susciter chez tout observateur extérieur - au même titre que la question soulevée sur la permanence du système des castes dans une nation démocratique ; du scandale des jeunes épousées qui sont, de nos jours encore, pour de sordides questions de dot, jetées sur le bûcher, au pays de Gandhi et de la non-violence : du mythe fallacieux, enfin, de la spiritualité supposée habiter un peuple qui, de fait, obéit à une tradition et une philosophie exaltant ouvertement le bien-être matériel. A ces interrogations, un essayiste Indien, appelé Izzi LOKKU, apporte, en tant qu'Indien lui-même, des réponses originales et surprenantes qui vont à l'encontre des stéréotypes véhiculés en Occident aussi bien que des "mythes" entretenus par les indiens eux-mêmes.
Son livre, intitulé "La Face Cachée de l'Inde" traite avec brio de ces contradictions avec brio, tout en brossant l'histoire de l'Union indienne depuis son indépendance en 1947. Il démonte une à une les idées reçues, analyse les grands phénomènes, souvent paradoxaux, qui ont façonné l'Inde moderne pour montrer comment l'Etat indien s'est réellement constitué, comment il a su réinventer et donner corps à l'idée de démocratie. En même temps, l'auteur a la volonté de présenter son pays autrement que dans les fantasmes permanents qu'on y projète. A ce titre, il pose sur ses compatriotes un regard averti et critique. Ainsi il met l'accent sur les contradictions qui caractérisent leur rapport au pouvoir, à la richesse ou à la spiritualité, ce qui donne une vision de l'Inde totalement en dehors des clichés habituels.
Ce qui rend cet essai intéressant et unique,c'est qu'on sent derrière les critiques et les "attaques" , de la part de l'auteur un profond amour et respect pour son pays...la fierté d'être Indien malgré tout...C'est pourquoi on peut dire que ce livre est aussi très attachant malgré la dureté du propos et le constat dérangeant qu'il présente du pays.
C'est un livre aussi où l'ironie n'est pas loin et où les titres de chapitres, tels des slogans publicitaires, font mouche pour provoquer l'envie de lire et de débattre sur les thèmes abordés.
La controverse n'est pas vaine, même si parfois je me suis sentie mal à l'aise, l'humour de l'auteur dans ces arguments m'ont permis toutefois d'avancer dans ma lecture. C'est aussi une autre des raisons pour laquelle j'ai apprécié cet essai, qui est en plus très facile à lire.

Izzi LOKKU a voulu s'adresser aux Occidentaux en écrivant cet essai et il a voulu que ce soit aussi pour un large public. En effet "La Face Cachée de l'Inde" n'a été publié ni en Inde, ni en Angleterre, nulle part ailleurs mais le sera bientôt France...très prochainement même (le 1er mars), aux prestigieuses éditions Eyrolles.

C'est donc une exclusivité que je vous propose là et c'est aussi en exclusivité que je vous propose une interview de l'auteur et de son éditeur. Merci à eux d'avoir accepté de répondre à mes questions.
L'interview de l'auteur a été faite en anglais, je vous la livre donc telle quel...(vous trouverez une traduction en pièce jointe très prochainement).
Ensuite une interview de son éditeur vous donnera un autre éclairage sur le livre.



Hi Sir, Could you introduce yourselves in a few words? Your background and your former writings ?

'La face cachée de l'Inde', un essai à paraître bientôt en France le 1er mars 2007

I am an advertising professional (Creative Director) based in India. I am from South India (Andhra Pradesh) and these days I live between India and France. I have worked as a news reporter briefly and I have written a few articles and designed a few cartoons before getting into advertising. Film and scriptwriting is another medium I am interested in. Infact, I participated at Cannes Festival’04 with a short film. A couple of my scripts are under consideration at various production companies.

Is “la Face Cachée de l’Inde” your first book?


Yes it’s my first book

What is the main idea of the book?


To provide fresh perspectives on India. A kind of ‘reality check’. To talk about issues which will affect India. The Western Press is only focused on the economic growth of Urban India. There is too much ‘feel-good’ writing about India. Almost an overdose of it. The huge market potential, Indian as an IT Super Power, unprecedented growth/rate etc. All this is true, but at the same time a vast section or rural India is lagging behind struggling for basics.

Somebody should talk about it. My book is an effort to prick the collective and individual conscience.

According to your first chapter India is a puzzling country to what extent?


India is a country of contradictions. It’s a big bundle of paradoxes, the extent of which depends on one’s own exposure, point of view, outlook to life and concept of social justice. Everything about India is big and baffling, the numbers are always challenging.

You write that this book is rather an overview of the country at the same time historical and socio-economical, the objective of which is to allow to have a little more just understanding of this country. Do you think this objective is realistic ?


The objective, I agree is quite big and challenging. My effort is to open small windows of knowledge and information, which the Western Press presents only in “by-the-way” manner.

Do you think that western countries are too idealistic when they consider India ? They do have some clichés about India, in your opinion what are they ? What do you feel about that ?


General opinions and clichés exist. And to some extent they are true. Personally I think India will always be known for its spirituality in spite of the growth of materialistic lifestyle.

India has always been a romantic, exotic place in the minds of the Westerner, some scholars have even called it excessive romanticism about India. May be India will evolve its own style of enjoying material pleasures without losing one’s soul

Can we say that this book tries to show in the most realistic way and maybe in a provocative one all the paradoxes of India. Even if you like to be objective, we can feel as readers that these paradoxes really shock you…in what way ? To a certain extent


Yes. Any thinking person will be shocked and would like to do something about it.
Recently a very famous banker was saying we are living in an era of amusement economics. It’s true, obscene amounts of money is being exchanged in buying and selling companies, in mergers and acquisitions. And media is happy giving major prominence to such news as if it affects people at large. A nation’s self-pride is paraded and an image of everyone feeling good is projected. But we should not forget, as a great Indian social reformer said “there is too much hunger and depravation to celebrate.”

Obviously you wrote that book for Europe and it is published in France by the way, why ?


Somehow, France is in my destiny. My wife and kids are French. I live between France and India. I feel privileged to have a reknowned publishing group like Eyrolles publishing my book. As you know, Eyrolles is known for publishing serious, stimulating and high quality books. In fact I feel honoured.

The report that you make is alarming: suicide of farmers, poverty, distribution of AIDS virus(according to you India is now the country the most touched by it in the world). Do you think that all these problems in India could disappear ?


The challenges facing India are enormous. Of course general economic growth and modernization will help meeting these challenges. But this “trickle down” welfare model will take a long time in a country like India. As you are aware, a vast majority of the poor has been left out in this race for growth.

But in a so vast country, is a common fate really possible?


Anyone will agree that the general well being of a fellow citizen will also ensure the prosperity of the other. Or else we will end up living in a constant state of tension, insecurity and threat. Common fate may not exist. But there is something called Lowest-Common-Denominator (LCD) in terms of basic standards of living. Achieving that should be the primary goal.

How can we change a country so vast and multiple as India ?


India is vast and complex. Changes cannot occur overnight. Providing the basics to each and every Indian should be the priority. Literacy, Employment, Empowerment of women, mother & child health, safety-net for small farmers etc. should go hand in hand with IT, Exports, Infrastructure and stock market growth. It cannot be one at the cost of the other.

In spite of all those things, are you pride to be Indian ? Do you think that there is some hope ?


Of Course I am proud to be an Indian. India gives an opportunity to experience and observe life at various levels. At the same time I am proud to be a global citizen.

Yes, definitely I think there is hope. The positive energies and aspirations of millions of Indians striving for a better life without encroaching on others will be met one day. Its just a question of time and leadership.

Do you live in India ? In what area ?


I live between France and India. In India I stay in Delhi

There are a lot of beautiful things in India, culturally, spiritually, traditionnally…It’s a country very unique and very fascinating as well for that. A place that managed to keep its identity and its traditions, in spite of all the bad things you di


As I said before, I think India will always remain culturally and spiritually rich and deep in spite of materialistic growth.

A civilization, which is more than 3000 years old, cannot be given up just like that. The customs and traditions of more than one billion people cannot and will not disappear.

What do you like in India and in Indian people ?


Hospitality and philosophy of ‘Live and Let Live’ is what I like most about India and Indian people. And naturally I love Indian cuisine and colors of Indian Life.

Do you think that the great interest towards India by the western countries can influence or develop things in the good direction?


I think so. But if the Western countries are only focused on finances and increasing bottom line back home then it is not good. India will have to juggle this delicate reform process.

The current Prime Minister who is an Economics Professor and his Team are trying to usher in “reforms with a human face”. It is quite a challenging task.

At the end of the book you say that Gandhi’s philosophy has completely disappeared in India and according to you this a real problem as he defended the idea that India would succeed if it manages by itself without depending on other influences. You add


Mahatma Gandhi’s philosophy has not disappeared. In fact it cannot disappear. What I meant was that Gandhian ideals of social justice and development of the downtrodden are being ignored at an alarming rate.

So, before the vast majority of the poor are left out, a new Mahatma Gandhi should come and gather the collective conscience of the nation.

Do you think that India very influenced by modern countries and is that bad for the country, as you say in the book ? To what extent ?


I think India has the inherent strength to withstand influences from West. Plus India has the provisions for all kinds of influences to exist. I will give you an example. When MTV came to India, the content was 100% Western. Today on MTV and all music channels the Indian content is 80%. So who is influencing whom !

As a conclusion of the book you say that the reading of it would probably provoke contradictory feelings towards India, and for you that it is so better. Can you explain that ? The last sentence and the last sentence- India is an ideal place to transcend


These days everything is simplified into ‘for or against’. There is no middle way. For or against Iraq, for or against globalization, etc. Can you imagine, after all this so called development we humans are given just two choices. Not fair. We are brainwashed to be for or against. Such an approach will only lead to polarization. I believe there is a huge and rich path between for and against. If one does not explore this middle path, he/she will be missing a whole chunk of life’s charms. As you know this is not new or ground-breaking. Nearly 500 years before Jesus Christ, Buddha preached about the noble middle-path in India for the welfare of the individual and society at large.

I think India is the right place to transcend, because India is the birthplace of the concept of middle-path. And in their day-to-day life, majority of Indians follow the middle-path.

Do you think that there is an Indian color? If yes what is it ?


India is a truly a rainbow nation, full of colors and shades. To choose one color for India is not just.

Personally speaking –saffron (a mixture of fire-orange-red) can be called an Indian color. It is also one of the colors of the national flag. It symbolizes life and positive energies. On a lighter note, may I say that these days there is this term ‘brown dollars’ and ‘brown pounds’ in the US and UK, which the Western Media has created to describe the rich people of Indian origin abroad. Educational institutes abroad are competing to attract local Indian students and they call it tapping the ‘brown dollar’ or brown pound’!

What are your favourite Indian writers, if you have some ?


About modern Indian (origin) writers, there are many. Many of them are great and award winners. V.S. Naipaul (Nobel laureate), Salman Rushdie, Arundhati Roy, Vikram Seth, Amitav Ghose… the list is quite big.

I like most of them, specially the provocative, insightful and inimitable social essays of Ms. Arundhati Roy.

To conclude, is there a question that I did not ask you and that you would have liked me to ask you? If yes what is it


May be you can ask about my future literary projects.

A) I plan to do a sequel to ‘La face cachee de l’inde’
B) I am in the midst of finishing a narrative fiction which talks about Judeo-Christian-Islamic tensions which we are witnessing and how it affects other cultures and people of different origins.

Thank you Mister Lokku for your answers...and see at The Salon du Livre, in which I heard you will be present.


Interview de Monsieur Guillaume de LACOSTE, éditeur chez Eyrolles, du livre La Face Cachée de l'Inde

'La face cachée de l'Inde', un essai à paraître bientôt en France le 1er mars 2007

Pourriez-vous s’il vous plait vous présenter auprès des lecteurs de Couleur Indienne ?


Je suis éditeur — c’est-à-dire grosso modo chef de projet en matière de livre. Je sélectionne les ouvrages, puis, une fois que le comité éditorial les a validés, j’en coordonne la préparation jusqu’à leur mise sur le marché. Je publie principalement des livres de business et de sciences humaines, au sein du groupe Eyrolles, qui est une maison d’édition française de taille moyenne et indépendante, spécialisée dans les publications professionnelles et pratiques

Comment avez-vous été amené à éditer ce texte ?


Très simplement, le livre nous est arrivé par la Poste. Comme quoi, ça arrive, même si c’est rare, qu’un manuscrit envoyé par quelqu’un d’inconnu trouve son chemin. Pire encore, le manuscrit était en anglais et n’avait pas été publié chez un éditeur étranger, ce qui aurait dû m’arrêter. Mais ce qui m’a attiré, c’est que ce petit texte se démarquait totalement de tout ce que je pouvais entendre par ailleurs sur l’Inde, et en même temps je sentais que l’auteur aimait son pays et qu’il voulait le faire mieux connaître. Il n’y avait pas de ressentiment, de mépris, dans ce qu’il écrivait. Bref, ce livre m’a plu

Pourquoi une publication en France avant le reste de l’Europe et avant l’Inde ?


Le but de l’auteur était de faire un livre pour les Occidentaux et non pour les Indiens. Il est donc normal qu’il paraisse en premier dans un pays occidental. Et comme M. Lokku est attaché à la France, je me réjouis de pouvoir être le premier éditeur de son livre.

Est-ce un pays que vous le connaissez ? Y êtes vous déjà allé ? Si oui, dans quelle région et quelles ont été vos impressions ? Est-ce un pays qui vous fascine ? Pourquoi ?


En vérité, non seulement je n’ai jamais été en Inde, mais ce pays ne m’attire pas plus qu’un autre. Seulement, je suis curieux, extrêmement curieux. Alors, dès que je peux découvrir quelque chose que je ne connais pas, j’en profite. Je publie ce livre dans cet état d’esprit.

Quelle image aviez-vous de l’Inde avant la publication de ce livre ? Est-ce que le propos du livre vous a surpris ? Est-ce que ça a changé votre vision du pays ou bien votre envie de mieux le connaître ?


Pour ma part, je n’avais pas vraiment d’idée. Ce qui m’a frappé depuis longtemps, c’est que les Occidentaux ont toujours eu une image simpliste de l’Inde, d’une part, et que cette image changeait du tout au tout de décennie en décennie, d’autre part. L’Inde, c’était Gandhi, puis les beatniks à la recherche de spiritualisme exotique et de drogues pas chères, puis mère Teresa et les millions de pauvres qui meurent dans les rues, et maintenant Bangalore et Bollywood.

Il était évident à mes yeux que chacun des ces clichés était terriblement faux et qu’on ne pouvait résumer un sous-continent à une carte postale. Plus encore, la rapidité de cette succession d’images contradictoires me laissait assez dubitatif. Ce livre m’a permis de voir que l’Inde, c’est un peu tout ça et beaucoup d’autres choses encore, que c’est un vrai monde, très riche. Je comprends mieux maintenant que l’Inde puisse totalement fasciner certaines personnes.

Pourquoi avoir décidé de publier cet essai sur l’Inde ? Pensez-vous que ce livre peut avoir un réel succès en France, alors que la mode indienne, et l’engouement pour ce pays a le vent en poupe ?


Bien sûr, le fait que l’Inde soit à la mode dans le milieu des affaires a pesé lourd sur la décision de publier ce livre, même si ce qu’il raconte diverge fortement de ce qu’on peut en dire dans ces milieux. Quant à savoir si un livre aura du succès, là, je ne me prononcerai pas. C’est trop hasardeux. Je l’espère, bien sûr, mais on ne sait jamais ce qui va se passer.

Qu’est-ce qui vous a plu dans ce texte ? Dans la démarche de l’auteur ?


J’ai aimé que l’auteur ait à la fois un regard lucide, terrible même par endroits, mais aussi affectueux sur son pays. Ce n’est pas de l’auto-flagellation, c’est au contraire la preuve d’un amour vivant pour son pays.

Le livre n’est pas encore sorti et est totalement inédit pour le moment. Je vous remercie pour cette exclusivité. Il sortira dans quelques semaines à l’occasion du Salon du Livre ? Quelle sera sa date effective de parution ?


Le 1er ou le 2 mars.

Pourquoi m’avoir contactée pour parler de ce livre et avoir choisi la voie du net et Couleur Indienne (avec une audience de qualité mais limitée par rapport à d’autres supports internet) pour annoncer la sortie de ce livre ? Pourquoi ne pas avoir


Je voulais que le livre ait un écho sur le net. C’est important aujourd’hui. J’ai navigué sur les sites français qui parlent de l’Inde, et j’en ai repéré deux qui m’ont plu. Ils me semblaient bien faits, riches et vivants. J’ai donc écrit aux deux, et vous seule m’avez répondu ! J’ai aussi contacté quelques journaux, radios et télévisions, mais ce n’est pas facile d’organiser des interviews avec un auteur inconnu et qui en plus ne parle pas bien français.

Pensez-vous que cet essai est utile pour les personnes désirant investir en Inde ? Est-ce que ça ne va pas plutôt les effrayer ?Pensez-vous que « La Face cachée de l’Inde » est un livre utile pour comprendre ce pays et pour aider les futurs invest


Si ce livre peut être utile, à mes yeux, c’est pour que les gens qui partent en Inde se préparent au choc culturel qu’ils risquent d’avoir en arrivant. Ce n’est pas ce portrait parfois très dur qui va les dissuader de partir — j’en suis sûr —, mais il est important de pouvoir anticiper ce qu’on va voir, surtout si on y va pour affaires ou pour le plaisir, afin de mieux profiter de son séjour.

Avez-vous déjà publié d’autres essais sur l’Inde ? Quels en étaient les thèmes ?


C’est le premier livre que je publie sur l’Inde. Je n’aime pas me répéter ; je préfère aller toujours de l’avant sur des sujets neufs.

Apparemment, si j’ai bien compris, Eyrolles a les droits exclusifs sur le livre ? Dans ce cas j’imagine que vous avez les droits de publication du manuscrit à l’étranger ? Avez conclu des accords de parution avec d’autres pays ?


Nous cherchons actuellement un éditeur anglais ou américain.

Il est dit par certains économistes que l’Inde pourrait être au 4ème rang parmi les grandes puissances économiques mondiales ? Qu’en pensez-vous ? A-t-on raison de vouloir miser sur elle dans le futur ?


Je crois que l’Inde a un long avenir devant elle. Bien sûr, elle a de lourds problèmes à traiter — qui n’en a pas ? —, mais sa société est vivante, et ça, c’est important. Quant à savoir si elle sera 2e, 4e ou 8e puissance mondiale, et à quel horizon, cela fait peu de sens à mes yeux. C’est un grand pays, une civilisation forte, une économie qui se développe : j’espère maintenant que l’Inde saura se donner un État assez solide pour qu’elle prenne sa juste place dans la géopolitique mondiale.

Que voudriez-vous ajouter à propos du livre et qui pourrait vouloir donner envie de le lire ?


Ce livre n’a rien d’un essai pontifiant, et ce n’est pas non plus ni un guide de voyage plein de trucs et d’adresses, ni un ramassis raccoleur de petites choses sordides. C’est plutôt comme un carnet de voyage. Outre qu’il n’est pas long (100 pages), chaque chapitre peut être lu séparément. Il est écrit comme une série de tableaux et de réflexions, sans ordre vraiment, mais qui donnent une impression générale assez forte.

Je vous remercie beaucoup pour vos réponses et merci de votre confiance.


Dimanche 25 Février 2007
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs


Inscription à la newsletter



Partager ce site