< indien >

Le film "Sita sings the Blues" de Nina PALEY

Je suis allée voir Sita sings the blues samedi 15 août 2009 au cinéma « MK2 Beaubourg », jour de l’Assomption de la Vierge Marie et anniversaire de l’Indépendance de l’Inde.
Je voulais vous présenter mon ressenti sur ce film que j'ai beaucoup aimé



Ce film d'animation américain propose un univers très particulier qui oscille entre un clip Bollywood survitaminé et une très originale et étonnante proposition cinématographique.
"Sita chante le blues" met en parallèle les déboires amoureux de Sita (héroïne du Ramayana, texte épique hindou de quelques siècles avant Jésus-Christ ), répudiée par son mari, et de Nina (la réalisatrice elle-même), larguée par e-mail en 2002 par son mari installé en Inde. Sur ce canevas, l'Américaine Nina Paley, qui est non seulement la réalisatrice, mais aussi l’auteur, la productrice et l' animatrice toute à la fois, livre un petit bijou de film d’animation musical.
Mêlant plusieurs techniques d’animation et de dessin, elle intercale aussi du théâtre d’ombres, et raconte le Ramayana qui à la base en gros narre l’histoire d’amour de Rama et de Sita.
Sita dans le texte et le dessin animé, enlevée par un rival, est libérée par Rama qui pourtant la répudie ensuite, persuadé que son épouse n’a pas pu rester pure, malgré les nombreuses preuves qu’elle lui présente. Nina Paley raconte en parallèle sa propre histoire, fait intervenir des historiens "rigolos"pas toujours d’accord sur la narration de la légende (montrant dans le film combien la mythologie indienne est très compliquée !) et surtout illustre le récit de chansons d’amour américaines des années 20, du blues chanté par Annette Hanshaw, de belles chansons rétros romantiques, loin d’être larmoyantes, que j’ai découvertes et que j’ai bien aimé. "Sita sings the blues" est un drôle de cocktail, techniquement loin des films d’animation qui envahissent aujourd’hui les écrans, comme « UP » (La Haut) ou l’Age de Glace, mais il est plein d’humour et de fraîcheur avec ses imperfections. Dans ce film d'1h22 au rythme hyper dynamique, pas le temps de souffler au milieu de cette richesse visuelle et colorée, si ce n’est au moment d’un interlude intégré au film pendant lequel les personnages achètent – hors cadre – leur pop-corn ou vont aux toilettes. Le sens de l’humour de Nina Paley n’a d’égal que le foisonnement esthétique et libérateur de ses créations personnelles, originales et décalées, et pleines de charme.
Une folie réjouissante et attachante, avec peu de moyens, qui semble imprégner son univers créatif, tellement authentique et vrai, peut-être dans une vision un peu trop personnel pour le grand public épris d'animation grand spectacle mais il aurait été dommage de passer à côté... malgré le fait qu'à Paris il n'ait été présenté que dans deux salles. Je ne sais pas s'il est toujours projeté ici d'ailleurs.

Samedi 10 Octobre 2009
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs


Inscription à la newsletter

Partager ce site