Un vêtement résolument indien et sensuel : Le Sari

Parmi toutes les beautés de l'Inde, il en est une qui drape les femmes indiennes et qui émerveille toujours. C’est un émerveillement réel car beaucoup de mes amis en France me parle de la fascination que ce vêtement a sur eux et moi-même je trouve cet habit magique : c’est le sari. Jean-Claude Carrière le décrit comme un habillement sensuel et séduisant qui embellit les femmes et se demande même si ce n’est pas le vêtement plus érotique sur une femme. Pour ma part, je l'ai toujours vu porter par ma mère et je crois que c'est pourquoi elle est toujours aussi belle...
Le sari c'est la femme indienne par excellence et quand il m'arrive d’en porter un je me sens fière et différente, parée de nouvelles couleurs indiennes…



SON HISTOIRE ET SA LEGENDE

Femme portant un sari (peinture murale datant de 14 siècles avant notre ère), Lepakshi  en Andhra Pradesh
Femme portant un sari (peinture murale datant de 14 siècles avant notre ère), Lepakshi en Andhra Pradesh
Son origine légendaire tendrait presque à le prouver, le sari est un vêtement magique. Son histoire est millénaire. On raconte dans le Mahabharata qu’un jour la sublime Draupadi, enjeu d’un duel, fut gagnée par le clan adverse. Le Dieu Krishna promit alors de protéger sa vertu, ce qui fit qu’au moment où les vainqueurs décidèrent de « profiter de leur gain » ils ne purent qu’attraper le bout d’un tissu diaphane qui la drapait modestement, certes, mais encore d'une manière séduisante. Ils continuaient à tirer sur le tissu et essayaient de le retirer pour la déshabiller, mais en vain. C’est ainsi que la vertu triompha de nouveau dans cette épopée indienne vieille de 5 000 ans .

Le succès du sari à travers les siècles est attribué à sa simplicité totale et à son confort pratique, combiné avec le sens du luxe qu'une femme peut ressentir. Le Sari est mentionné dans la littérature hindoue et est présent dans la peinture hindoue dès 3,000 av. J.-C. Un conte populaire charmant raconte... "On dit du sari qu’il est né sur un métier à tisser de l’imagination d’un tisserand qui en rêvant d’une femme, a voulu représenter sur le tissu le miroitement de ses larmes, la cascade de ses cheveux longs, les couleurs de beaucoup de ses caprices et la douceur de son contact. Il a tissé tous ces attributs ensemble sans pouvoir s’arrêter fabriquant ainsi plusieurs mètres de tissus. Et quand finalement il a terminé, l'histoire continue, il s'est assis et a souri, a souri et a souri encore."

LES DIFFERENTS STYLES DE DRAPES

Un vêtement résolument indien et sensuel : Le Sari
Ainsi donc la magie de ce vêtement tellement représentatif de la tradition indienne, tient dans le fait que c’est "uniquement" une longue bande de tissus que la femme drape autour d’elle.
Il y a cependant une grande variété de drapés, selon les régions.
Le drapé "moderne" , celui qui se répand le plus au détriment des autres, fait partie de la famille des "nivi". Ces saris sont enroulés en spirale du bas vers le haut et comportent un plissé important sur le devant.
- Dans l'antiquité, la plupart des drapés étaient des "dhoti", dont certaines formes sont encore portées aujourd'hui, surtout par les hommes. Ces saris sont d'abord noués au milieu de leur longueur autour de la taille, puis enroulés de chaque côté sur chacune des jambes séparément. Les saris Brahmanes du Sud de l'Inde leur sont apparentés et forment donc une sous-famille. Dans ces drapés, le sari est passé entre les jambes dès le début, puis enroulé en spirale autour du corps.
- Les Dravidiens et les habitants de l'Est de l'Inde ont leur propre façon de se vêtir d'un sari. On distingue trois sous-familles : les "veshti" qui ne couvrent que le bas du corps. Ils sont simplement enroulés une fois autour de la taille. Pour les saris tamouls et les saris du Nord-Est de l'Inde (Bengale, Orissa) le bas est noué comme un veshti, et le haut simplement rejeté une ou deux fois sur l'épaule, sans enroulement.
- Les femmes dites tribales préfèrent les saris noués au-dessus de la poitrine. Toutefois, la plupart de ces styles montrent l'influence locale des drapés non-tribaux.
On remarque que les différents styles de saris correspondent très étroitement à l'appartenance ethnique. Dans un même lieu, on peut trouver des drapés appartenant à des "familles" différentes, portés par des castes différentes. Par exemple dans le Tamil Nadu, les femmes Brahmanes drapent leurs saris dans des styles apparentés au dhoti (enroulés autour des jambes) alors que les autres portent des saris qui ont évolué du veshti (droit) . Cette différence dans le vêtement permet de savoir de quelle caste est la personne, et donc quelle est sa place dans la hiérarchie sociale. C'est bien pour cette raison que ces drapés traditionnels sont de moins en moins portés aujourd'hui.

LE SYMBOLISME DU VETEMENT

Un vêtement résolument indien et sensuel : Le Sari
Le Sari incarne l'essence de la philosophie indienne du sud. C'est parce que dans la philosophie de l'Inde du Sud on voit le corps comme un produit de la création et comme un symbole de la vie et donc on considère le corps humain comme l'aspect central de philosophie indienne du Sud. C'est ainsi que le saree est en quelque sorte la tenture de cet aspect essentiel de créativité (le corps), et devient la manifestation de cette créativité et de la vie.

Aussi dans la philosophie indienne du Sud on pense que, de même que le corps est le produit de l'univers entier, l'univers entier se manifeste d'une certaine manière dans le corps et par le corps humain. Ainsi on considère le corps comme étant l'expression complète du suprême et l'expression complète de l'expression humaine. Le sari participe à cette expression.


La profession, la caste, la religion et la mythologie influent toutes sur la façon dont le sari est drapé. Certains saris ont besoin de huit mètres de tissu et ont des plis qui évoquent le côté mâle et le côté femelle du corps comme représentés dans la philosophie indienne. La plupart des castes drapent leurs saris vers la gauche mais certaines se distinguent en le faisant vers la droite. La religion et la position des femmes dans la société ont également influencé la façon dont leur corps était couvert par le sari.
La beauté et la grâce incomparables des saris en ont fait le vêtement favori des femmes indiennes les plus élégantes. Un peu comme les dernières modes parisiennes, les femmes de l'Inde continuent d'apprécier le côté pratique et l'esthétique d'un sari élégamment drapé, tandis que les hommes qu’ils soient indiens ou européens en admirent la sensualité.
 

QU'EST-CE QU'UN SARI ET COMMENT LE METTRE ?

Le sari est une large bande de tissu, de 1m20 environ sur 5,5 à 10 m de long. Il se porte sur un jupon, appelé pâvadèïen tamoul, ghagra en hindi, et un corsage serré laissant une partie du ventre nue (sattèï en tamoul, choli en hindi). Il semblerait que le port du jupon et du corsage remonte à la période de la colonisation britannique.
Le sari lui-même est toujours fait d'une seule pièce. Selon l'hindouisme, tout vêtement cousu, percé par une aiguille était considéré comme impur. C'est seulement avec les invasions musulmanes que furent introduits et répandus les vêtements cousus.
Autant est frappante cette fidélité de la femme indienne à ce vêtement en particulier, autant peut l'être aussi la grande diversité des manières de draper le sari. Selon les régions, les castes et les activités, les religions... la technique du drapé peut varier. Il y a parait-il plus d'une centaine de manières. 
Voici une méthode, parmi d'autres pour le mettre dans un drapé sud-indien, plutôt tamoul. C’est la manière que j’utilise pour le draper quand j'y arrive, celle que les femmes de ma famille utilisent aussi. Alors si vous désirez essayer de vous vêtir d'un sari un jour mesdames, suivez bien les étapes, il faut un peu de pratique. 

 

ETAPE 1

Etape 1
Etape 1
Un des secrets du sari ce sont les vêtements que l’on met en dessous – un jupon long presque jusqu’au sol lié fermement à la taille par un cordon sans aucun élastique ! Et une blouse ajustée qui s’arrête juste au-dessous du buste – Elle est soit à manches courtes ou bien sans manches et possède une grande variété d'encolures. (voir schéma 1 dans galerie)
 

ETAPE 2

Etape 2
Etape 2
Commencez par votre droite, rentrez le sari dans la taille de votre jupon et faites-lui faire le tour de la taille en passant devant puis derrière. Assurez-vous que le tissu tombe droit et que la longueur de la jupe est bien égale. (voir schéma ci-contre)
 

ETAPE 3

ETAPE 3
ETAPE 3
Dans la suite du sari, faites un second tour très lâche et ramenez le surplus du tissu sur le devant. Dans l'extrémité du sari, faites plusieurs plis réguliers dans le sens de la longueur pour former le pallav (la partie qu’on met sur l’épaule) - il faut faire environ entre 7 à 10 plis - et tenez-les bien ensemble pour qu'ils tombent droit. (voir schéma )

ETAPE 4

ETAPE 4
ETAPE 4
Drapez le pallav sur votre épaule gauche, et laissez-le retomber jusqu'au mollet, ou plus bas. Fixez le pallav à votre choli avec une épingle de sûreté...(voir schéma )

ETAPE 5

ETAPE 5
ETAPE 5
a/ Tirez le sari autour de vous jusqu'à ce qu'il soit bien ajusté dans le dos et ramenez-le sur le devant.

b/ Utilisez tout le reste de tissu pour former des plis égaux en allant de droite à gauche. Veillez à ce que les plis tombent de façon régulière.

ETAPE 6

ETAPE 6
ETAPE 6
Rabattez vers la gauche la bande de tissu à plis. Rentrez les plis dans la taille, légèrement sur la gauche et fixez-les au jupon avec une épingle de sûreté

Mardi 20 Avril 2004
Fabienne-Shanti DESJARDINS

Edito | Interview | Personnalité | Evènement | Curiosité | Carnet de route indien | Indianités | Focus sur... | Mythes et mythologie | Livres coup de coeur | Arts | Histoire | Associations | Musique | Civilisation | Nouvelles et légendes | Portrait de femme | Les recettes de Joly | Impressions | Merveilles de l'Inde | Philosophie et religions | Vie quotidienne | Société | film coup de coeur | Dossier thématique | Géographie | Expressions de lecteurs


Inscription à la newsletter










Partager ce site